Colorants, pigments et encres en impression textile et teinture

L’impression et la teinture sont les procédés utilisés pour ennoblir un textile en lui apportant de la couleur. Pigments, colorants, encres… quelles sont les substances capables de colorer les fibres et comment les emploie-t-on ?

 

 

La synthèse soustractive des couleurs

Comme n’importe quel objet, un colorant textile absorbe certaines radiations lumineuses et réfléchit les couleurs complémentaires. Pour obtenir une nuance de colorant, on applique le principe de synthèse soustractive des couleurs : les 3 couleurs primaires (bleu cyan, rouge magenta et jaune) mélangées en proportions variables permettent de composer toutes les nuances.

C’est sur ce procédé (trichromie) que repose la palette de couleurs du cercle chromatique utilisée en peinture et en teinture. En impression, le travail s’effectue en quadrichromie (CMJN), le noir venant s’ajouter aux couleurs primaires.

 

 

Pantone, inventeur du langage universel des nuances textiles

La société Pantone a créé et normalisé des nuanciers de couleurs spécifiques pour l’industrie textile : vêtements, linge de maison, décoration… La gamme Pantone for Fashion and Home donne le ton grâce à un répertoire de plus de 2 600 coloris sur coton et plusieurs centaines sur nylon et polyester. Ces « pantoniers » servent de référence couleur aux professionnels du textile et facilitent les échanges entre donneurs d’ordre et fournisseurs (teinturiers, imprimeurs…)

 

 

nuancier pantone_TextileAddictnuancier ©Pantone

 

 

Pigment ou colorant, quelle différence ?

En teinture comme en impression textile industrielle, le choix des colorants et pigments se fait en fonction des supports et des contraintes liées à l’utilisation finale.

Il existe une distinction entre les pigments et les colorants.

Un pigment est insoluble dans l’eau. Il doit être fixé en surface du textile à l’aide d’un liant (binder) car ils n’a aucune affinité pour la fibre. Contrairement à un colorant, il ne se fixe pas directement sur elle et nécessite d’être mélangé à une « colle » constituée d’un mélange de polymères. On considère généralement que les pigments sont un type de colorants parmi d’autres, mais leur particularité en fait des produits plus appropriés à l’impression textile qu’à la teinture.

L’impression textile repose sur l’utilisation d’encres, parfois appelées pâtes, qui peuvent être constituées de colorants ou de pigments. Leur formulation varie selon la technique employée (reproduction d’images en aplat : sérigraphie par impression rotative ou au cadre plat en tons directs, ou d’images tramées : impression numérique par jet d’encre ou transfert en tons continus).

 

 

impression preparation couleurs_textileaddictpréparation des pâtes d’impression – Ateliers Hermès

 

 

Les colorants

Il existe deux grandes catégories de colorants : les naturels (d’origine végétale ou animale) et les synthétiques. Dans le cadre de la production industrielle, on répertorie une grosse dizaine de colorants naturels, contre plusieurs milliers pour les colorants synthétiques.

Dans les faits, le mode d’application des colorants est avant tout conditionné par leur mode de solubilité, ils sont donc répartis en deux autres classes : les colorants solubles et les colorants insolubles dans l’eau.

 

Solubles dans l’eau :

  • Acides : utilisation courante pour la laine, la soie, les polyamides. Ces colorants ne se fixent aux fibres qu’en milieu acide. Les couleurs obtenues sont brillantes et résistantes à la lumière.

 

  • Directs : utilisation sur les fibres cellulosiques (cotonlin, viscose, etc.), les fibres animales (laine, soie, etc.) et les mélanges.

 

  • Basiques : utilisation pour la laine, la soie, les fibres acryliques. Ces colorants proviennent de bases.

 

  • “Au chrome” / métallifères : utilisation pour la laine, la soie. Ce sont des colorants qui utilisent un mordant à base de sels métalliques.

 

Les colorants directs, basiques et au chrome/métallifères ne sont employés qu’en teinture industrielle, mais pas en impression.

 

Insolubles dans l’eau :

  • Pigments / colorants pigmentaires : leur effet couvrant permet de réaliser des effets étonnants (blancs mats, pâtes métallisées ou nacrées…) sur tous types de tissus (toutes matières). Les pigments, insolubles dans l’eau, sont mélangés à un liant pour les fixer. Ils sont appliqués sur la surface de l’étoffe et fixés par la chaleur. Les couleurs obtenues sont de belles teintes et résistantes à la lumière, mais sensibles aux frottements mécaniques.

 

  • Réactifs : utilisation courante sur les fibres naturelles (cotonlinchanvrerayonnesoie). Ces colorants se fixent par réaction chimique dans les fibres. Les couleurs obtenues sont de bonne qualité dans toutes les nuances.

 

  • Dispersés (plastosolubles) : utilisation sur les fibres polyester et synthétiques (acétate, triacétate). Ces colorants insolubles dans l’eau se diffusent dans la fibre sous forme de particules très fines. Les colorants sont fixés à haute température et se subliment sous l’action de cette chaleur.

 

  • De cuve (ou colorants “grand teint”) : ils offrent la meilleure résistance à la lumière, au lavage, au chlore et sont donc particulièrement appréciés pour des usages exigeants. Ils s’appliquent principalement aux tissus en fibres cellulosiques (coton et viscose). Les couleurs obtenues sont variées mais souvent ternes.

 

  • les encres pigmentaires UV : les encres se polymérisent sous un rayonnement ultraviolet. Leur temps de séchage est très court (moins d’une seconde).

 

 

Besoin des conseils d'un spécialiste textile ?

Déposez gratuitement votre projet sur Textile Addict,
recevez des devis qualifiés et sélectionnez le prestataire idéal.

 

 

Les encres pour l’impression textile

L’impression textile nécessite d’utiliser des encres dotées de propriétés spécifiques (viscosité, stabilité, temps de séchage…), le principe de base étant d’utiliser un colorant assez épais pour empêcher la couleur de « fuser » dans les fibres au-delà du motif. De manière générale, l’impression par sérigraphie implique l’emploi d’encres plus visqueuses qu’en impression jet d’encre.

La composition de ces encres -aussi appelées « pâtes »- dépend donc du colorant, de la technique d’impression, du support, des méthodes d’application et de fixation… Elles comprennent différents ingrédients : colorant, épaississant, agents oxydants, agents de réduction, agents de solubilisation, agents anti-mousse, adjuvants de rongeage… Un seul motif nécessite l’utilisation de plusieurs pâtes.

Les colorants acides et réactifs (solubles) ont été utilisés les premiers dans la formulation des encres pour l’impression numérique des textiles.

Aujourd’hui, les encres peuvent être à base de colorants (acides, réactifs ou dispersés), de pigments, ou de type pigmentaire UV. Les imprimeurs textiles ont tendance à privilégier les encres basées sur des colorants insolubles dans l’eau, notamment les encres à base de pigments pour leur compatibilité avec la plupart des textiles, leurs belles couleurs, leur résistance et leur toucher agréable.

 

 

À lire :

L’impression textile

Quels sont les procédés d’impression textile en fonction des colorants ?

La teinture

 

Elsa Laurent

Elsa Laurent

Designer dans l’industrie textile en habillement et en ameublement, je suis co-fondatrice de Textileaddict.me depuis 2017. J'aime partager mes connaissances et bons plans du textile mode et maison. Mon objectif : permettre aux acteurs du secteur de se mettre facilement en relation pour développer leurs projets.
Partager :
Share on facebook
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on twitter
Share on email