Où et comment vendre ses premiers motifs : checklist pour bien s’y préparer

ou comment vendre motif textileaddict

Le seul talent créatif ne suffit pas à vendre ses premiers motifs et à devenir un designer textile reconnu. Dans ce domaine très concurrentiel, il est souvent difficile de trouver sa place auprès d’un public d’acheteurs professionnels perpétuellement en quête de designs novateurs.

Avant d’être reconnu pour son style unique et miser sur la notoriété pour vendre ses motifs (appelés aussi imprimés), mieux vaut dresser une checklist des actions à mener pour décrocher ses premiers contrats. Point de recette miracle pour y parvenir, mais quelques préconisations pour concevoir ses premiers designs, apprendre à mieux les vendre et ainsi gagner en popularité.

 

 

 

Vendre ses motifs : quel type de motif et à quelle cible ?

 

Vendre quoi et à qui ? Si la question semble anodine, elle renferme pourtant de nombreuses réponses quant à l’avenir de ses premiers imprimés…

Les entreprises ayant besoin de motifs originaux et inédits appartiennent à des secteurs d’activités aussi spécifiques que variés (mode, maison, papeterie, revêtement sol et mur, industrie automobile…) Définir et affiner sa cible est une étape cruciale de toute stratégie commerciale pertinente. 

 

Le designer textile peut choisir de vendre ses motifs sous 2 formes distinctes :

 

  • Soit à la demande du client en exécutant un motif sur mesure : il devra alors s’imprégner des valeurs de l’entreprise pour mieux comprendre la nature du projet et apporter une contribution personnalisée.

 

  • Soit proposer des maquettes prêtes à vendre (catalogue de motifs) : En ayant puisé dans son inspiration personnelle, il a imaginé une collection d’imprimés prête à être vendue à des clients susceptibles de l’apprécier et de l’acheter.

 

Dans les 2 hypothèses, plusieurs types de motifs pourront voir le jour (motif all-over, semi-placé ou placé), variables selon la nature du secteur d’activité ainsi que le type de support envisagé.

 

 

 

Comment présenter ses imprimés ?

 

Les motifs sont présentés répétés sur le support de présentation en fonction de leur nature : un motif all-over est mis au rapport pour une répétition des éléments graphiques de façon continue et régulière sur toute la surface. Le motif semi-placé est mis au rapport horizontalement ou verticalement uniquement. Enfin, une exception pour le motif placé qui est un motif seul, sans répétition.

 

Pour une vente physique (salons professionnels, rendez-vous en entreprise), les collections de motifs prêtes à vendre sont généralement imprimées (ou peintes) sur papier. Plus rarement, les maquettes textile sont imprimées ou peintes sur tissus, sérigraphiées ou encore brodées

 

Pour une vente (ou présentation) sur le web à un client, les catalogues d’imprimés sont présentés au format numérique. Quelques astuces existent pour les exposer au client tout en limitant les risques de plagiat. Il est conseillé par exemple :

  • d’envoyer au client des vignettes d’aperçu des créations en basse définition uniquement ;
  • d’apposer un filigrane sur toutes ses images ;
  • de mettre en évidence sa signature ;
  • d’insérer son logo ;
  • de n’envoyer qu’un extrait du motif sans envoyer d’image, même en basse définition, permettant de voir le rapport total du motif ou de grands éléments en entier ;
  • d’identifier l’acheteur potentiel avant de lui permettre de consulter la collection en ligne de son site internet (accès par mot de passe) ;
  • de proposer un accès à un fichier par mot de passe, voire un accès limité dans le temps à son travail via Google Drive par exemple.

 

S’agissant d’un imprimé sur mesure (d’après une commande client), il est préférable de fournir les aperçus du motif en basse définition (ou en simple capture d’écran) au fur et à mesure de l’avancée de la création de l’imprimé.

Ce procédé permet au client de suivre l’évolution du travail tout en ne possédant pas tout de suite le fichier Haute Définition, qui pourra être délivré seulement après le règlement intégral de la commande (surtout valable pour les nouveaux clients).

 

 

 

Besoin de missions freelance ?

Inscrivez-vous sur la plateforme 100% freelances textile de Textile Addict
et postulez aux missions de votre choix.

 

 

 

Où vendre ses motifs textile ?

 

Il existe plusieurs créneaux, physiques ou digitaux, pour commercialiser ses créations.

Un site internet, une page personnelle, les sites et marketplaces spécialisés ou les réseaux sociaux sont autant de vitrines intéressantes pour présenter son book ou proposer sa collection d’imprimé prête à vendre.

La rencontre de nouveaux prospects peut s’effectuer par démarchage direct, par bouche-à-oreille ou lors d’événements professionnels

Attention toutefois dans les salons professionnels à protéger vos créations ! Si les rencontres interprofessionnelles permettent de dévoiler les collections de motifs au plus grand nombre, elles sont aussi l’occasion pour d’autres d’y piquer les idées ! La meilleure façon de protéger ses créations lors d’un salon consiste donc à interdire toute photo de son stand. Tous nos conseils pour exposer sur un salon de design textile sont à retrouver sur Comment s’inscrire et réussir son premier salon professionnel textile, mode et design ?

D’autres solutions pour présenter (et vendre) ses imprimés textile sont consultables dans cet article :

 

De l’art à la manière : quelles solutions pour présenter (et vendre) vos motifs textile ?

 

 

 

Comment fixer le prix d’un motif ?

 

Qu’il s’agisse d’une commande sur mesure ou d’une collection d’imprimés déjà prête à vendre, les tarifs d’un motif varient grandement selon plusieurs critères : secteur d’activité, durée et type de cession de droits, variantes (déclinaisons, coordonnés, coloris, etc.), style du designer, conditions tarifaires appliquées par le designer textile, etc. Les écarts de prix pour un motif all-over au rapport sont très importants avec une moyenne constatée entre 500 et 550 € dans le secteur de la mode et en moyenne à 740€ avec une tendance forte entre 800/850 € dans celui de l’ameublement. Les secteurs de l’industrie automobile et des revêtements de sols et murs apparaîssentt comme la plus rémunératrice avec une moyenne de 800€ à 900€ par dessin. (* d’après une enquête menée en juin 2023)

Pour tout savoir sur les tarifs, consultez « Comment calculer le prix de son motif textile ?« 

 

Comment calculer le prix de son motif textile ?

 

 

 

Comment bien préparer ses CGV ?

 

Il est fortement conseillé d’ajouter des conditions générales de ventes (CGV) à vos devis, au dos de vos bons de commandes et factures. Elles sont importantes car elles définissent les relations contractuelles avec votre client (information, protection et définition du cadre contractuel).

Les contenus d’un contrat ou celui des CGV ne sont pas figés. Chaque projet est soumis à négociation, selon le client et la nature de la maquette envisagée. Mécaniquement, des règles différentes s’appliquent. Il ne faut pas hésiter à modifier et détailler les CGV afin de se prémunir de tout abus. 

Ce qu’il peut être utile d’ajouter dans vos CGV

  • Demander un acompte avant de démarrer le travail pour une commande client (voire plusieurs acomptes à répartir sur différentes étapes de création pour des commandes longues et complexes). 
  • Proposer de fournir le fichier numérique en Haute Définition de la création seulement après réception du paiement de la dernière facture (préconisé surtout pour les nouveaux clients).
  • Préciser que vous autorisez les modifications du dessin acheté par le client mais que, dans ce cas, votre responsabilité ne pourra plus être engagée en cas de litige dû à un plagiat d’une marque envers une autre.
  • Préciser que la création appartiendra à l’acheteur après réception du paiement et du contrat de cession de droit signé des deux parties.

 

Une grande majorité de designers freelance n’est pas particulièrement à l’aise avec les termes juridiques. Des avocats ou des juristes pourront vous accompagner dans la rédaction de ces documents personnalisés.

À consulter pour vous aider : Tous les conseils pour rédiger les CGV d’une maquette textile recommandés par un avocat.

 

Les conseils pour rédiger les CGV d’une maquette textile

 

 

 

Comment transmettre au client la maquette textile qu’il vient d’acheter ?

 

Pour transmettre un motif fraîchement acheté par un client, le designer a le choix entre plusieurs méthodes, qu’il s’agisse d’une remise en main propre ou d’une transmission en ligne. 

 

Lors d’une remise en main propre (rencontre en entreprise ou durant un salon), les maquettes textile vendues en collection prête à vendre sont d’abord transmises sur support papier (ou sur support tissus dans certains cas quand le motif est imprimé directement sur tissu). Le bon de commande signé est joint à la maquette imprimée sur papier (ou tissu).

Le fichier digital se transmet dans un second temps, après la rencontre, accompagné de la facture correspondante et d’un contrat de cession de droit ou une clause de cession.

 

L’envoi au format digital des fichiers sources se fait par mail ou par des outils de transfert type  WeTransfer ou Google drive, davantage préconisés pour des fichiers plus volumineux. 

Suivant la méthode utilisée par chaque designer, le fichier source de la maquette numérique peut être transmis au format .PSD ou .AI avec calques séparés (optionnel suivant les designers : les couleurs sont séparées en différents calques, 1 couleur = 1 calque – pensez à vectoriser les textes et contours de forme).

Pour un fichier créé à partir d’un logiciel textile professionnel, le format .TIFF sera envoyé. De manière générale, un fichier .JPG est également joint systématiquement.

 

Il est souhaitable de joindre une fiche technique répertoriant les principales caractéristiques du motif (au format .PDF). Seront mentionnés sur cette dernière :

  • Nom du motif et numéro de référence,
  • Date,
  • Vignette d’aperçu du motif sans répétition,
  • Dimensions H x L,
  • Type de répétition,
  • Nombre de couleurs,
  • Couleurs (idéalement avec codes Pantone) (optionnel suivant les designers),
  • Aperçu des différentes variantes de couleurs si existantes,
  • Aperçu des coordonnés si existants,
  • et toute autre information importante…

Elle synthétise l’ensemble des informations techniques permettant au client de les transmettre à son fabricant.

 

Important : Pensez aussi à protéger vos dessins avant d’envoyer vos fichiers au client.

 

 

 

Comment protéger ses créations avant la vente ?

 

Avant tout envoi aux clients, protéger ses créations est important afin de se prémunir d’une éventuelle contrefaçon. En cas de litige, le designer doit être en mesure de prouver qu’il est bien l’auteur de la création, conservez donc toutes les preuves de votre travail (mail, contrat, cession de droits…) attestant de la date de création : les preuves d’antériorité sont toujours gagnantes. Protéger ses créations peut représenter un budget conséquent, pas toujours à la portée des designers textiles (enveloppe Soleau ou dépôt de dessins et modèles à l’INPI). Des solutions moins onéreuses existent, comme par exemple enregistrer la création sur une plateforme de stockage numérique qui permettra de certifier l’antériorité et la titularité de l’oeuvre (exemples : Google Drive, Dropbox, etc.). 

 

Quelques réflexes basiques peuvent cependant limiter les risques d’utilisation frauduleuse du dessin : envoi des vignettes en basse définition, ajout d’un filigrane, signature par le nom ou logo sur chaque dessin… (plus d’exemples dans le chapitre “Comment présenter ses imprimés ?”)

 

Pour en savoir plus sur la protection des oeuvres, consultez ce guide :

 

Petit guide pratique pour protéger ses créations

 

 

 

Comment gérer sa facturation et le suivi paiement ?

 

Vendre ses motifs, c’est aussi s’assurer d’être payé en temps et en heure pour sa prestation. Les factures sont générées via un logiciel dédié. Inutile d’investir dans des logiciels comptables trop complexes, il existe d’autres alternatives (Excel, Facture.net, Odoo…).

Les calendriers de facturation et relance clients sont quant à eux indispensables au suivi de l’activité (mise en place de tableaux de bord).

 

Pour faciliter le paiement de sa maquette textile ou de sa prestation créative, il est primordial d’établir certaines règles avant de débuter toute mission ou vente et de rester vigilant jusqu’à l’encaissement de la prestation.

En pratique, si le designer textile a l’habitude de travailler avec un client, il arrive bien souvent qu’il envoie les fichiers sources en Haute Définition avant le règlement de la facture.

Pour les nouveaux clients, afin de vous prémunir des impayés, notre conseil est d’envoyer le fichier numérique en HD seulement à la réception du paiement (cette condition devra alors être précisée au préalable dans les CGV et devis).

Dans le cadre d’une commande de motif sur mesure, des fichiers en .JPG basse définition peuvent être envoyés à chaque étape de création pour permettre de visualiser le motif en attendant le règlement de la dernière facture.

Il est possible aussi de demander un acompte au moment de la vente sur un salon ou en rendez-vous clientèle, ou au moment de la signature du devis quand il s’agit d’une prestation créative (plusieurs acomptes peuvent être envisagés pour des commandes longues et complexes, % à répartir sur différentes étapes de création).

 

Pour gérer les relances de factures non honorées, il est préférable de prendre contact directement avec le service de comptabilité du client. Vos interlocuteurs, qui occupent pour la plupart des fonctions créatives ou d’achat au sein de l’entreprise, peuvent vite oublier de transmettre les factures à leur comptable et ne pas gérer le suivi des paiements.

 

Consultez nos conseils pour gérer l’encaissement des factures 

 

 

 

Vous l’avez compris, si le talent est indispensable pour se frayer un chemin dans l’univers du design textile, il doit s’accompagner d’autres compétences pour bien vendre ses motifs et gagner en visibilité.

En suivant ces conseils, vous mettez toutes les chances de réussite de votre côté !

 

 

À lire :

Mode et textile : Comment se lancer en tant que freelance ?

La journée type d’un designer textile freelance

Les logiciels pour la création de motifs textiles

 

Elsa Laurent

Elsa Laurent

Designer dans l’industrie textile en habillement et en ameublement, je suis co-fondatrice de Textileaddict.me depuis 2017. J'aime partager mes connaissances et bons plans du textile mode et maison. Mon objectif : permettre aux acteurs du secteur de se mettre facilement en relation pour développer leurs projets.

Missions freelance

Inscription gratuite et rapide

Rechercher

Suivez-nous !


Articles récents

Salon partenaire

Texworld evolution paris textileaddict