Mode et textile Comment se lancer en tant que freelance_textile addict

Vous êtes designer textile, styliste ou modéliste et vous souhaitez vous lancer en tant que freelance ? En France, 830 000 personnes ont déjà fait le même choix, soit une augmentation de 120% en 10 ans. Et l’univers du textile et de la mode n’est pas en reste puisque 25% des acteurs de ce secteur seraient aujourd’hui des « free » !*

Alors, que vous débutiez votre carrière ou que vous soyez en poste, salarié d’une entreprise, voici ce qu’il vous faut savoir pour vous lancer en tant qu’indépendant et surtout mettre toutes les chances de réussite de votre côté.

 

Dessiner votre futur quotidien

Et pour cela quelques pistes de réflexion :

Etre freelance, c’est être face à une page blanche, quelle chance ! Avant de vous lancer, pensez donc bien à définir votre projet, repenser votre parcours professionnel si vous étiez auparavant salarié d’une entreprise. Votre flexibilité, beaucoup vous l’envieront, alors profitez de cette souplesse pour faire ce que vous souhaitez vraiment.

Dans le même esprit, il est illusoire d’imaginer que vous pourrez ériger une frontière étanche entre vie privée et vie professionnelle alors, plutôt que de batailler et de culpabiliser, inventez-vous votre work style, votre propre organisation du travail afin d’être le plus épanoui possible et même si celle-ci n’est pas classique !

Mais choisir son work style ne veut pas dire que l’on ne doit pas maitriser son emploi du temps, c’est même tout le contraire. Dès le début, il est important que vous appreniez à prioriser les tâches et à vous contraindre à des deadlines. Très vite, vous verrez que cela aura même un avantage certain, celui de vous permette de mener plusieurs projets de front. N’oubliez pas aussi de garder un peu de temps pour votre comptabilité sinon vous serez vite débordé par cet aspect administratif.

Il est aussi important que vous délimitiez à la maison un espace réservé à votre travail de freelance. Et comme vous allez y passer de très nombreuses heures, choisissez un lieu lumineux, aéré et soyez bien assis. Et ne lésinez pas sur la déco, il faut que vous y sentiez bien ! Bien sûr, pour ceux qui le peuvent financièrement, un local extérieur ou un espace de coworking est parfois préférable, vous pourrez envisager cela lorsque vous commencerez à bien gagner votre vie en tant que freelance… ce sera votre récompense !

Dès le début, entourez-vous également des bonnes personnes pour vous conseiller. Des personnes avec lesquelles vous aurez du plaisir à échanger et à avancer. Les choisir dans le même domaine d’activité que vous est un plus, vous pourrez dialoguer de l’essentiel sans avoir l’impression d’être incompris. Bref, choisissez-vous votre mentor !

Et puis, si cette page blanche vous effraie, pensez à un plan B. Comment ? Vous pouvez, dans un premier temps, commencer à mi-temps si vous êtes salarié. Cela vous permettra d’avoir un revenu fixe qui couvrira vos dépenses courantes. Autre possibilité : avoir les économies nécessaires pour pouvoir tenir 6 mois à 1 an sans beaucoup de rentrées d’argent.

 

Choisir le bon cadre juridique

Vous savez ce que vous voulez faire, comment et avec qui, vous devez à présent choisir le cadre juridique de votre projet. Ce n’est pas une décision anecdotique, elle influera sur la réussite de votre business model et surtout facilitera ou freinera votre créativité. Autrement dit, si vous n’êtes pas gestionnaire dans l’âme, allez au plus simple !  

Et le plus simple est évidemment le statut d’autoentrepreneur. C’est avec ce statut que le taux d’imposition est le plus avantageux et vous n’aurez pas à collecter la TVA.

Tout aussi simple, le statut d’Entreprise Individuelle (IE) ou d’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (IERL). Les cotisations y sont plus élevées, mais vous avez le droit à un chiffre d’affaire plus important qu’en étant autoentrepreneur.

Certain choisissent le portage salarial. Les cotisations sociales sont plus importantes qu’avec les autres formes juridiques, mais il permet de bénéficier des mêmes droits que les salariés. Assez similaire, vous pouvez aussi vous rapprocher de La Maison des Artistes pour gérer les droits d’auteur.

Un doute ? Il existe une autre solution avant de déclarer officiellement votre activité : rejoindre une couveuse d’entreprise. Ces couveuses sont un hébergement juridique qui permettent de tester votre activité en condition réelle et d’être accompagné au sein d’un réseau. Le contrat C.A.P.E. (Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise) vous permettra de facturer en utilisant le numéro de Siret de la couveuse.

Pour en savoir plus : Freelances du textile : quel statut choisir pour entreprendre

 

Réseauter pour ne pas s’isoler

Quand on est freelance, le piège est de s’isoler. Et pourtant, c’est votre réseau qui va vous permettre de trouver des clients. Alors, n’hésitez pas à parler de vous durant les réunions de famille ou les soirées entre amis, le plus de personnes possibles doivent savoir ce que vous faites. Et, si vous avez quitté un précédent travail dans le même domaine, entretenez vos relations avec vos anciens collègues, responsables et clients, ils auront peut-être besoin d’un freelance !

En effet, pas facile au début de trouver des clients, de démarcher les bonnes personnes. Vous pouvez, bien évidemment, proposer directement vos services aux entreprises, faire de la publicité et vous rendre dans les salons professionnels, mais, une chose est sûre, la digitalisation de l’économie aide aussi grandement les freelances.

Sur internet, vous pouvez donc vous inscrire sur les plateformes de freelances professionnelles qui vous mettront en relation avec des clients potentiels, parfois sur abonnement, parfois en s’octroyant une marge sur le devis. Avantage évident, la simplicité d’utilisation offre un gain de temps considérable et, tout aussi important, vous vous confectionnerez une véritable base clients.

Pour autant, les plateformes de freelance peuvent aussi être très chronophages, il est donc important de bien les choisir. Préférez les plateformes spécialisées dans votre domaine, celui du textile : c’est le cas de Textile Addict Freelance. Ce service, unique en France, est dédié à 100% aux métiers du textile, mode, ameublement et décoration. Grâce à cette plateforme, vous serez mis en relation directe avec le client, pas de commission sur les missions remportées ! (pour tout savoir sur le service, consultez ce guide)

 

Votre image n’est pas accessoire

N’oubliez pas aussi que devenir freelance, dans le domaine du textile comme dans tous les autres domaines créatifs, c’est impérativement se construire une image en ligne afin de se vendre et vendre ses talents.

Pour cela, pensez à construire ou faire construire un site vitrine professionnel avec votre portfolio… et si vous débutez, créez-vous quelques projets personnels pour montrer et démontrer votre talent ! Important aussi, soyez visible sur les réseaux sociaux professionnels (LinkedIn, Viadeo ou Twitter) et créez une page Facebook, conservez votre profil pour vos amis. Enfin, très important, peut-être le plus important tant sa puissance est impressionnante, Googlisez-vous ! Faites le test pour vérifier les résultats qui apparaissent sur Google quand on recherche votre nom, ce sera la première chose qu’un client fera quand il entendra parler de vous. Si votre référencement n’est pas optimum, il vous faudra rapidement faire le nécessaire pour y être mieux placé.

Retrouvez quelques pistes pour pour améliorer vos actions de communication et marketing sur le net.

 

 

Désormais, vous avez en main toutes les cartes pour réussir votre entrée dans la famille des freelances. Un monde où tout n’est pas rose : beaucoup préféreraient une meilleure couverture sociale, le chômage en cas de coup dur et que l’on parle un peu plus d’eux dans le débat politique et économique. Pour autant, les freelances français semblent plutôt heureux : 63% d’entre eux trouvent ce statut moins angoissant que le salariat et 91% d’entre eux ne voudraient redevenir salariés pour rien au monde ! *

 

*source : Étude sur le freelancing – Malt 2018

 

A lire :

Qu’est-ce qu’un designer textile freelance ?

Qu’est-ce qu’un styliste de mode freelance ?

Qu’est-ce qu’un modéliste freelance ?

 

1+
Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

Pour tout renseignement contactez nous !

En cours d’envoi

©2019 TextileAddict

consequat. risus ut porta. sem, odio mattis

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account