La création d’une collection de tissus imprimés

collection tissus imprimes textileaddict

Des premières idées à la commercialisation, le cheminement d’une collection de tissus imprimés industriellement se décompose en plusieurs étapes. Ce processus s’active deux fois par an pour créer une collection hiver et une collection été, au rythme des saisons mode et maison. Nous vous proposons de découvrir, pas à pas, comment s’articule la création d’une collection de tissus avec motifs.

 

Designer, styliste ou graphiste textile, chacun de ces professionnels peut se charger de la création et de la conception d’une collection de motifs :

  • à son initiative, en toute liberté créative dans le cas de motifs qu’il souhaite intégrer à sa propre collection et proposer à l’achat,
  • dans le cadre de la création d’une collection de vêtements, pour une marque de mode qui crée directement son motif,
  • sur commande et d’après un brief de départ dans le cadre de l’achat d’un motif sur-mesure. Le client oriente généralement le designer sur le sujet, la gamme de couleurs, la technique et le style graphique souhaités.

 

 

1. L’avant-collection de tissus imprimés : analyser les tendances

Trouver l’inspiration, être « dans le ton », dans l’air du temps fait partie des challenges qu’un designer doit relever à chaque création. Tout commence donc avec une étude des tendances accompagnée de recherches graphiques, qui débouchent sur l’élaboration d’une maquette textile (ou dessin textile).

 

Les recherches préliminaires

Les nouvelles collections de tissus imprimés se préparent environ un an avant leur commercialisation. La genèse d’une collection textile réussie comprend donc un travail de recherches préliminaires. Pour les stylistes et designers, ce planning nécessite de poser un regard affûté sur les tendances, afin d’anticiper ce qui sera l’essence de la mode de demain.

Car si l’on sait que certains motifs sont d’éternels classiques, tous ne suscitent pas l’engouement au même moment… et ne s’interprètent pas de la même façon saison après saison ! Quels sujets, quels thèmes de couleurs privilégier pour coller à l’air du temps et comment les traiter ? Les réponses à ces questions ne sortent jamais du chapeau ! Pour « viser juste », les prévisions ont tout intérêt à s’appuyer sur l’analyse des tendances frémissantes. Charge aux créateurs de repérer les grands thèmes émergents, perceptibles avec un temps d’avance dans les cahiers de tendances et sur les podiums, mais aussi dans le monde de l’art, la presse spécialisée, chez les influenceurs en vogue ou même dans la rue

 

Les tendances mode et textile, d’où viennent-elles ​et comment les trouver ?

 

 

Les moodboards

Lors du brainstorming naissent les premières idées, sous la forme de moodboards. En synthétisant formes, matières et couleurs afin de donner vie à différents thèmes et ambiances, ces « planches d’inspiration » sont de véritables outils au service de la créativité. Elles donnent un avant-goût de la cohérence, de l’harmonie d’une collection et en résument les « lignes directrices » esthétiques.

 

Comment créer un moodboard ?

 

 

2. La conception du motif

 

La maquette textile d’un imprimé

Une maquette textile est une image exploitable en tant que motif imprimé sur un support textile.

Que le motif initial soit créé à la main ou par ordinateur, la conception de cette maquette est indispensable. Elle permet d’optimiser le motif en vue de son impression et de l’adapter aux contraintes techniques du procédé d’impression envisagé. En outre, ce fichier simplifie la communication entre les différents intervenants au fil du processus. De nos jours, elle se présente le plus généralement sous la forme d’un fichier informatique, un support facile à partager qui permet de concevoir un motif et d’y intégrer de nombreuses données techniques.

Quel que soit le type d’impression envisagé (numérique ou au cadre), la maquette textile nécessite l’élaboration d’une gamme de couleurs.

Selon le type de répétition, la mise au rapport / mise au raccord est également indispensable. Enfin, deux étapes supplémentaires sont nécessaires pour préparer la maquette d’un motif de tissu imprimé au cadre (sérigraphie). L’une consiste au nettoyage, à la séparation et à la réduction des couleur, l’autre est une étape de mise en couleurs. (Voir § 3 : Étapes techniques de création du motif).

 

Qu’est-ce qu’une maquette ou dessin textile ?

 

 

La gamme de couleurs

Pour chaque motif, il faut composer une ou plusieurs gamme(s) de couleurs visuellement attractives, cohérentes et dans l’air du temps. Le choix des couleurs et leur « orchestration » par le designer ne doivent, eux non plus, jamais rien au hasard !

 

Comment créer une gamme de couleurs ?

 

 

Les outils de création de motifs textiles imprimés

Les tablettes et stylets ont largement supplanté papier, crayon, peinture et feutres. Si ce matériel « traditionnel » est toujours utilisé, c’est malgré tout sous une forme numérique que la plupart des motifs sont utilisés dans le cadre de la création d’une collections de tissus imprimés.

Le succès des outils informatiques n’a donc rien de surprenant : assurément pratiques, les logiciels de graphisme et les suites professionnelles pour la création de motifs simplifient la tâche aux créateurs pour donner vie à leurs inspirations.

Grâce à une offre très diversifiée de produits payants (ou même gratuits), l’univers digital permet à chaque designer de trouver le matériel créatif adapté aux besoins de son métier et à son budget.

 

Les logiciels pour la création de motifs textiles

 

 

3. Les étapes techniques de création du motif

Les étapes suivantes permettent la mise au point du motif et la finalisation de la maquette textile pour qu’elle puisse « fonctionner » d’un point de vue technique.

 

Tissus imprimés : quel type de répétition ?

Un motif est généralement constitué de plusieurs éléments graphiques associés pour former une composition. Cette composition s’applique toujours à un format carré ou rectangulaire, qui constitue une « unité de base« .

Il existe 3 manières différentes d’utiliser cette unité de base sur un support textile, de façon répétitive ou non :

  • Un motif est dit « all-over«  lorsque l’unité de base est répétée en continu sur l’ensemble de la hauteur et de la largeur d’un textile, de façon à couvrir entièrement sa surface sans interruption.
  • Un motif semi-placé est un motif qui se répète seulement sur sa hauteur (la largeur ne se répète pas) ou seulement sur sa largeur (la hauteur ne se répète pas).
  • Le motif placé se distingue des deux types de motifs précédents : ici, l’unité de base n’est utilisée qu’une seule fois sur le support, sans répétition. Elle ne nécessite pas de mise au rapport et constitue ainsi un motif unique et isolé sur une pièce, à la façon d’une illustration.

 

Le motif textile : all-over, semi-placé et placé

 

 

La mise au rapport / mise au raccord (motif all-over ou semi-placé)

La mise au rapport / mise au raccord consiste à apporter un équilibre visuel à la composition pour que le motif se répète le plus harmonieusement possible. Il faut également appliquer les bonnes dimensions au motif, en hauteur comme en largeur, et l’ajuster afin qu’il puisse être répété à l’infini sur un tissu imprimé. L’objectif est que les côtés de l’unité de base coïncident parfaitement. Une fois dupliquées, les unités de base doivent pouvoir être placées les unes à côté des autres sans rupture ni délimitation, en parfaite continuité.

Selon le sens de la répétition, on parle de rapport ou de raccord. La mise au rapport concerne l’ajustement de la répétition du motif dans le sens de la hauteur, alors que la mise au raccord consiste à harmoniser cette répétition dans le sens de la largeur.

 

La mise au rapport / la mise au raccord du motif

 

 

Tissus imprimés par sérigraphie : nettoyage, réduction et séparation des couleurs

L’impression par sérigraphie (au cadre plat ou cadre rotatif) nécessite une décomposition des différents éléments de couleurs qui composent le motif.

En effet, chaque couleur correspond à un cadre (ou à un cylindre) gravé que l’imprimeur utilise pour appliquer l’encre sur le textile. Il s’agit donc de fournir une image (un fichier numérique) par couleur utilisée. Chacune de ces images représente une composante chromatique du motif, en noir sur fond blanc pour plus de clarté. Une fois superposées, elles laissent apparaître l’ensemble du motif final. Ce sont elles qui permettent de confectionner les cadres ou cylindres utilisés pour appliquer successivement les différents coloris sur le support, couleur après couleur. Un motif imprimé par sérigraphie pouvant compter le plus souvent jusqu’à une douzaine de coloris distincts, il nécessite autant de fichiers pour fabriquer les cadres ou cylindres correspondants.

 

La réduction et séparation des couleurs

 

 

Tissus imprimés par sérigraphie : coloration ou mise en couleurs

L’étape précédente ayant permis de déterminer le nombre de couleurs, le créateur peut moduler la mise en couleurs afin de proposer plusieurs déclinaisons de coloris (3 ou 4) pour le même motif. Ces ambiances colorées, aussi nommée variantes de couleurs, peuvent être proposées simultanément à l’occasion d’une collection. Elles permettent également de recycler un motif appartenant à une collection antérieure en le remettant au goût du jour.

 

La coloration / variantes de couleurs ou coloris

 

 

Le mapping ou simulation

Quoi de plus explicite qu’une mise en situation du motif sur une robe, un maillot de bain ou une parure de lit pour juger de son rendu final ? C’est l’objet du mapping, ou simulation, une mise en application du motif, effectuée d’après photo et à l’échelle, pour en offrir un visuel proche de la réalité. Fidèle aux textures, aux couleurs, aux ombres et au tomber d’une pièce imprimée, ce « modèle 3D » obtenu grâce à des logiciels de mapping constitue un « prototype virtuel » rapide à réaliser et peu contraignant.

 

Mapping ou simulation d’un motif

 

 

La fiche technique du motif

La maquette textile validée donne lieu à l’élaboration d’une fiche technique, un document essentiel pour la mise en fabrication du tissu imprimé. Le designer la fournit au client avec la maquette textile, sous la forme d’un fichier PDF séparé.

Cette fiche relativement standardisée constitue la « pièce d’identité » d’un motif et recense toutes ses caractéristiques. Elle contient l’ensemble des renseignements qui le concernent, à commencer par les informations qui permettent de l’identifier rapidement : nom, numéro de référence, date de finalisation et vignette d’aperçu.

Elle indique également toutes les données concernant les dimensions (hauteur et largeur) du motif ainsi que le type de répétition. Pour faciliter l’interprétation de ces infos, le designer peut y joindre un visuel du motif mis en en situation.

La fiche technique doit également mentionner le nombre de couleurs envisagé et leurs noms (ou si possible leur code Pantone), des données idéalement accompagnées de visuels pour chaque variante de couleur et/ou coordonné.

Enfin, la fiche peut renseigner sur le type d’impression : au cadre plat, rotative, numérique (DTG, sublimation…), flocage, dévoré… et éventuellement sur les finitions envisagées (apprêts mécaniques ou chimiques).

 

Fiche technique motif textile : comment la rédiger ?

 

 

 

 

4. Production des tissus imprimés chez l’imprimeur

Dès l’aboutissement de la maquette textile, le motif est prêt pour une production industrielle. Il n’y a plus qu’à sélectionner le bon atelier d’impression !

 

Prototypes et échantillonnage de tissus imprimés

Quelle que soit la technique d’impression prévue, la réalisation d’un prototype ou d’échantillons de tissus imprimés est conseillée pour juger le motif sur pièce. Cet échantillonnage est réalisé par l’imprimeur sur demande à partir de la maquette textile et de la fiche technique. Il s’avère très utile pour faire les derniers ajustements avant le lancement d’une production en grande quantité.

En revanche, le délai d’obtention des échantillons ou des prototypes varie selon le procédé. Si les délais d’échantillonnage sont assez courts pour une impression DTG (Direct To Garment), la tâche est plus complexe, et donc plus longue à réaliser dans le cadre de tissus imprimés par cadre plat ou rotatif.

 

Production des textiles imprimés : lancement et suivi

Le lancement d’une production à grande échelle débute une fois que le prototypage a fait l’objet d’une validation. Les quantités minimum de fabrication proposées par les ateliers d’impression sont rarement inférieures à 300 mètres pour une impression rotative. Se renseigner en amont sur les MOQ (quantités minimales de production) acceptés par le prestataire est donc judicieux ! Il est également important de connaître précisément les conditions de délais et de tarifs auxquelles l’imprimeur est prêt à s’engager pour assurer le suivi de la production.

 

Impression textile : Échantillonnage et production finale

 

 

Une fois la collection de tissus imprimée, il ne reste plus qu’à la commercialiser.

 

 

À lire :

Quelle est la durée de vie d’une maquette textile ?

L’impression textile

 

Elsa Laurent

Elsa Laurent

Designer dans l’industrie textile en habillement et en ameublement, je suis co-fondatrice de Textileaddict.me depuis 2017. J'aime partager mes connaissances et bons plans du textile mode et maison. Mon objectif : permettre aux acteurs du secteur de se mettre facilement en relation pour développer leurs projets.

Missions freelance

Inscription gratuite et rapide

Rechercher

Suivez-nous !


Articles récents

Salon partenaire

Texworld evolution paris textileaddict