Collection de mode : comment intégrer des motifs ?

Collection mode integrer motifs _textileaddict

 

Il existe de nombreuses manières d’intégrer des motifs dans une collection textile, et toutes permettent de créer une harmonie visuelle au sein d’une gamme ou de réaliser des pièces iconiques. Tour d’horizon des techniques les plus courantes.

 

 

1. Les motifs tissés

Le tissage correspond au fait de produire une étoffe en entrecroisant des fils de chaine et des fils de trame à l’aide d’un métier à tisser qui peut être manuel ou mécanique. Les différentes méthodes de croisement des fils sont appelées des armures, les plus courantes étant la toile, le sergé et le satin. Si les armures sont le plus souvent unies, il est tout à fait possible de réaliser des motifs tissés. On utilise alors des fils de couleurs différentes qu’on entrecroise selon un schéma bien précis. Les armures à motifs les plus connues sont par exemple le chevron, le pied-de-poule ou le tartan écossais.

 

motif-chevron-pied-de-poule-textileaddict

 

Le tissage peut également répondre au nom de Jacquard. Cette technique élaborée au XIXe siècle utilise une mécanique Jacquard placée au sommet du métier à tisser. Elle permet de créer des motifs larges et complexes avec un léger effet de relief. On reconnait facilement le jacquard tissé, car l’avant et l’arrière sont le plus souvent représentés en négatif, comme dans le cas des pellicules photo. Le damas est un excellent exemple de motif tissé qui soit complètement réversible, il est parfois utilisé dans la confection des écharpes et foulards.

 

tissu Jacquard 3 fils de couleurs différentes_Textile Addictmotif tissé Jacquard – endroit / envers

 

Le tissage jacquard

 

 

Besoin d'un designer textile freelance ?

Déposez gratuitement votre projet sur Textile Addict,
recevez des devis qualifiés et sélectionnez le prestataire idéal.

 

 

2. Les motifs tricotés

Le Jacquard peut également être tricoté. On parle alors de Jacquard maille ou de tricotage Jacquard. Par extension, les tricots à mailles complexes sont communément appelées des Jacquards.

Le Jacquard de liage, ou maille structurée, fait apparaitre un motif en relief grâce à un jeu de points à partir d’un seul fil. C’est le cas par exemple des mailles retournées ou des mailles allongées. Le Jacquard de couleurs, ou Jacquard de matières, utilise lui plusieurs fils de couleurs ou de textures différentes pour former une large gamme de motifs contrastés et mailles fantaisies.

Les motifs tricotés, comme les motifs tissés, ont l’avantage d’être résistants puisqu’ils font partie intégrante de l’étoffe. Les fils étant teints avant la confection des vêtements, ils conservent longtemps leur éclat.

 

jacquard pique_Textileaddicttricotage Jacquard piqué – endroit / envers

 

Le tricotage Jacquard (ou le Jacquard maille)

Tissu ou Tricot Jacquard : comment le reconnaître ?

 

 

3. Les motifs imprimés

L’impression reste l’une des manières les plus répandues de créer des étoffes à motifs. Il existe plusieurs sortes d’imprimés. Le all-over consiste, comme son nom l’indique, en un ensemble d’éléments graphiques qui sont répétés sur la totalité du vêtement. Il est généralement imprimé sur le tissu avant l’étape du montage des vêtements. On parle de motif semi-placé quand le dessin se répète uniquement dans la longueur du tissu, comme c’est souvent le cas pour les nappes ou housses de couette. Enfin, le motif placé correspond à un visuel utilisé à un seul endroit du vêtement. Les tee-shirts par exemple sont fréquemment décorés de motifs placés au niveau de la poitrine. L’impression est alors le plus souvent réalisée une fois le vêtement monté. 

Plus d’info : Le motif textile : all-over, semi-placé et placé

 

motif allover place semiplace_Textileaddictmotif all-over sur jupe // motif semi-placé sur robe // motif placé sur tee-shirt

 

 

Il existe différentes techniques d’impression pour le textile :

 

  • La sérigraphie artisanale et industrielle

La sérigraphie est la technique la plus ancienne. Elle nécessite peu de matériel puisqu’elle utilise un cadre en bois ou en métal et un ou plusieurs pochoirs en fonction du nombre de couleurs que l’on souhaite superposer et qui vont constituer le motif. Elle permet de créer facilement des modèles en quantités limitées.

 

La sérigraphie, des origines à la technique

 

Mais la sérigraphie peut également être industrialisée pour imprimer de grandes quantités de tissus imprimés. On distingue alors l’impression au cadre plat et l’impression aux cadres rotatifs.

La première méthode, à l’image de la sérigraphie, consiste à appliquer une couche photosensible sur la toile du cadre plat puis  de placer successivement les différents cadres de couleur sur le tissu collé sur des tables chauffantes. Elle offre une grande précision et elle est fréquemment utilisée pour les articles de luxe. La seconde utilise des cylindres rotatifs, un par couleur, sous lesquels le tissu défile. Cette technique est beaucoup plus rapide que celle des cadres plats et elle s’avère très utile lorsqu’il faut produire de très gros métrages.

 

L’impression au cadre plat dit “à la lyonnaise”

L’impression rotative / à cadre rotatif / au cylindre

 

  • L’impression numérique

L’impression numérique regroupe deux procédés récents mais quelque peu différents qui permettent de reproduire quasiment n’importe quel visuel sur un support textile, avec une qualité d’image remarquable et une gamme de couleur illimitée.

Le premier est l’impression digitale qui fonctionne grâce à des jets d’encre lasers, comme dans le cas d’une imprimante grand public, et offre une palette de couleurs presque infinie. L’impression digitale représente un attrait pour les particuliers et les petits créateurs car elle permet de produire des petites séries très facilement (de nombreux imprimeurs textiles équipés de ces machines sont répertoriés dans l’annuaire des imprimeurs Textile Addict). Autre atout, les encres moins épaisses que celles utilisées en sérigraphie donne aux tissus un drapé plus naturel. Son inconvénient principal, le prix élevé du matériel et des encres, ce qui implique que cette méthode n’est pas forcément rentable sur de gros volumes car il est difficile de réaliser des économies d’échelle. 

Le second procédé est le transfert à chaud, aussi appelé thermotransfert. Il s’agit d’imprimer un motif sur un papier spécial puis de le transférer sur le tissu à l’aide d’un fer à repasser, ou à plus grande échelle, d’une presse à chaud. Si cette technique est relativement simple à mettre en œuvre, la qualité de l’impression et l’intensité des couleurs peuvent cependant laisser à désirer.

 

impression-digitale-textileaddictimpression digitale

 

L’impression numérique

 

 

4. Les motifs en relief

Les motifs imprimés peuvent également être pensés en relief. La technique de l’apprêt mécanique consiste à modeler un motif à l’aide de cylindres gravés ou recouverts de brosse, qui peuvent être chauffants ou non. Elle s’utilise principalement sur des étoffes unies, et c’est l’action des cylindres sur les fibres textiles qui donne naissance à un motif texturé. On utilise régulièrement ces apprêts pour le textile d’ameublement pour créer par exemple des imitations de peaux de bête ou python en relief.

 

gaufrage textileaddictapprêt mécanique : le gaufrage

 

Les apprêts mécaniques

 

 

5. Les motifs appliqués

Élaborés à partir de morceaux de tissus colorés cousus sur le vêtement, les motifs appliqués sont relativement simples à mettre en œuvre. En variant les matières qui servent à la création des motifs, il est possible d’obtenir un effet de relief grâce à l’appliqué. Les marques de mode pour enfant peuvent ainsi faire usage de tissus brillants ou de fausse fourrure pour créer des motifs d’animaux ou de poissons qui plairont aux plus petits.

 

motif applique _textileaddictmotif appliqué ©Vertbaudet // ©Tape à l’oeil

 

 

6. La broderie, le crochet, le macramé et la dentelle

Ces techniques traditionnelles ont récemment retrouvé leurs lettres de noblesse et sont de plus en plus plébiscitées par les créateurs de mode. La broderie consiste à réaliser un motif à l’aiguille avec du fil à coudre directement sur le vêtement. C’est une technique d’ornement qualitative, qui résiste au temps et convient bien aux tissus épais tels que le denim. Le crochet peut s’apparenter au tricot. Il s’agit de boucles de fils entrelacés qui forment des mailles larges et ouvertes. Le macramé est lui créé à partir de fils noués les uns avec les autres. Il est souvent utilisé pour les vêtements et accessoires de plage. La dentelle, réalisée à l’aiguille, au fuseau ou mécaniquement, est un tissu très particulier puisqu’il est confectionné sans trame et sans chaine, il s’agit donc d’un textile dont le support comme le motif sont ajourés.

 

crochet macrame _textileaddictrobe en crochet ©Dolce & Gabbana // robe macramé ©Gucci

 

 

En définitive, les seules limites à l’impression textile sont celles de l’imagination.

 

 

Besoin d'un designer textile freelance ?

Déposez gratuitement votre projet sur Textile Addict,
recevez des devis qualifiés et sélectionnez le prestataire idéal.

 

 

 

A lire :

La création d’une collection de vêtements (avec ou sans imprimés)

Les techniques pour représenter un motif sur une étoffe

Quelles sont les techniques d’impression textile ?

 

Elsa Laurent

Elsa Laurent

Designer dans l’industrie textile en habillement et en ameublement, je suis co-fondatrice de Textileaddict.me depuis 2017. J'aime partager mes connaissances et bons plans du textile mode et maison. Mon objectif : permettre aux acteurs du secteur de se mettre facilement en relation pour développer leurs projets.
Partager :
Share on facebook
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on twitter
Share on email