Biofabrication : quelles sont les dernières innovations ?

biofabrication_TextileAddict

©Bolt Threads

 

La première génération de matériaux biofabriqués a vu le jour grâce à des startups capables de croiser différents savoirs et compétences. Elles sont expertes en science des textiles et des matériaux, en biofabrication, bioconception et ingénierie, en fermentation… Ces entreprises pluridisciplinaires inventent des alternatives aux matières textiles « conventionnelles » d’origine naturelle ou chimique (artificielle ou synthétique) (soie, viscose, cuir…), principalement celles dont la production où la fin de vie pèsent sur l’environnement. Esthétiques, performants et durables, ces biomatériaux polyvalents ne sont plus issus de plantes, d’animaux ni même de ressources fossiles mais de micro-organismes. Quelles sont ces fibres textiles avant-gardistes et à qui les doit-on ?

 

 

Biofabrication : les startups sur la voie de la commercialisation 

Les pionniers dans le domaine de la biofabrication se nomment AM Silk, Bolt Threads, Ecovative, Modern Meadow, Mogu, Spiber ou Myco Works… Le nom de ces entreprises ne vous dit peut-être pas grand-chose : la plupart de leurs produits en sont au stade de prototype ou de projet pilote et il faudra attendre encore un peu pour qu’ils soient commercialisés à grande échelle. Par contre, on a déjà une idée précise des possibilités qu’offre la biofabrication. Textile Addict lève le voile sur ces nouveaux textiles basés sur la fermentation de protéines ou la culture de mycélium. 

 

Ecovative – Mousse haute performance MycoflexTM et cuir de mycélium ForagerTM

Pour Ecovative Design, l’avenir est dans le champignon. Cette startup a axé ses recherches sur la culture du mycélium pour en faire des matériaux 100 % champignon performants et biodégradables :

  • MycoflexTM est une mousse solide, résiliente, plus résistante à la chaleur que le plastique, isolante, respirante et hydrophobe. Elle peut être utilisée comme support, rembourrage ou doublure thermique dans la confection de vêtements d’extérieur, de chaussures ou d’accessoires. 
  • Les peaux prêtes à tanner ForagerTM sont une alternative au cuir classique. Elles peuvent être cultivées en 9 jours sous la forme de feuilles pouvant atteindre 6 mètres de longueur. 

En parallèle au développement des mousses MycoflexTM et du cuir de mycélium, Ecovative Design propose également des solutions d’emballages, des produits cosmétiques (éponges de maquillage, masques de beauté…) et des ingrédients alimentaires. 

 

biofabrication MycoFlex Ecovative_TextileAddict©MycoFlex™ – Ecovative

 

 

MOGU – Pura Flex 

Le coeur de métier de Mogu, c’est aussi le mycélium, la structure racinaire des champignons. L’idée de base est de cultiver des souches particulières de mycélium (garanties non allergènes et sans OGM) sur des substrats composés de déchets agro-industriels. 

De ce procédé naturel et peu énergivore, Mogu tire différents types de matériaux composites durables et biodégradables : revêtement de sols, isolation acoustique, mais aussi des produits alimentaires protéinés et végétaliens (Myco-Food). 

Côté textile, Mogu fait appel à la biotechnologie et à l’intelligence microbienne pour transformer le mycélium en imitation de cuir (Pura Flex). Rapides à produire, solides, respirants, résistants à l’eau et personnalisables, les matériaux biofabriqués Pura Flex peuvent trouver de nombreux domaines d’applications : mode, automobile, mobilier, décoration intérieure…

 

biofabrication Pura flex Mogu_TextileAddict©PURA Flex™ – Mogu // backpack prototype made with PURA Flex™ material – Mogu

 

 

Myco Works – Mycelium FineTM et ReishiTM

S’appuyant sur son expertise dans le domaine de la biotechnologie, de la mycogénétique et du tannage du cuir, Myco Works a créé la plateforme de production Mycélium FineTM. Ce procédé exclusif lui permet de développer des matériaux de qualité supérieure à partir du mycélium. 

Le Reishi, leur produit-phare, se présente comme une copie conforme de la peau de vache en terme de résistance et de longévité. Mais cette imitation de cuir d’une grande finesse n’est qu’un exemple des réalisations envisageables par la plateforme, capable de cultiver une fibre de champignon « sur-mesure ». Avec Mycelium Fine, Myco Works compte bien se positionner sur le créneau des biomatériaux haut de gamme pour la mode et la chaussure. 

 

biofabrication Myco Works_TextileAddict©Mycélium Fine™ – Myco Works // ©Reishi – Myco Works

 

 

Bolt Threads – Cuir de champignon MyloTM / Soie d’araignée synthétique MicrosilkTM 

Bolt Threads est une entreprise spécialisée dans le développement de matériaux biofabriqués pour l’industrie cosmétique et textile. Pour développer sa branche textile, elle s’est associée à des marques prestigieuses (Adidas, Kering, Lululemon ou Stella Mc Cartney), formant ainsi un consortium d’entreprises décidées à contribuer à l’essor de ces nouvelles fibres biotechnologiques. Bolt Threads propose deux innovations matérielles :

  • MyloTM, une alternative au cuir fabriquée à partir de mycélium. Stella Mc Cartney a lancé les premiers vêtements en Mylo en mars 2021, suivie de près par Adidas, qui a annoncé en avril 2021 le lancement de sa célèbre Stan Smith version Mylo.  
  • MicrosilkTM, à base de protéines de soie inspirées par la soie d’araignée et cultivées à l’aide de levures. Ces protéines peuvent être transformées en fibres similaires à la rayonne ou l’acrylique, et elles sont biodégradables. Depuis 2017, plusieurs prototypes ont déjà été présentés au public (robe Stella Mc Cartney exposée au MoMA en 2017, robe de tennis Biofabric Tennis Dress signée Adidas/Stella Mc Cartney) et quelques séries limitées de cravates et de bonnets en laine + Microsilk (Made & Co) ont vu le jour. 

Ces protéines  biocompatibles et régénératrices peuvent également être réduites en poudre (B-Silk ProteinTM) et intégrées à des soins cosmétiques. 

 

biofabrication boltthreads stella mccartney addidas_TextileAddict©Stella McCartney x Bolt Threads // ©Stan Smith Mylo by Addidas

 

 

AM Silk – Soie biofabriquée Biosteel® 

AM Silk a lancé en 2019 le premier produit textile au monde à base de soie d’araignée synthétique : un bracelet de montre signé Omega. Cette entreprise spécialisée dans la biotechnologie travaille également en partenariat avec Airbus pour développer des matériaux biofabriqués qui pourraient bien révolutionner l’industrie aérospatiale. 

Aujourd’hui, AM Silk propose Biosteel®, une soie végétalienne biocompatible, recyclable et totalement biodégradable dans l’air ou dans l’eau. La fibre Biosteel® est issue de protéines artificielles de soie (biopolymères) et elle peut être transformée en tissu grâce à des équipements standards. Ses propriétés (légèreté, confort, résistance aux odeurs, gestion de l’humidité) et sa polyvalence permettent d’envisager de nombreux usages : industrie textile (vêtements, chaussures), industrie automobile ou aviation… 

 

biofabrication AM Silk _TextileAddict©AMSilk // ©AMSilk – OMEGA NATO Biosteel® strap

 

 

Spiber – Brewed ProteinTM

Spiber produit des fibres textiles en remplaçant les matières premières d’origine pétrochimique ou animale par des protéines. Ces Brewed ProteinTM (protéines brassées) sont obtenues par fermentation de sucres et de microbes. Ce nouveau type de fibre peut être mélangé à du coton, de la laine ou de la cellulose… Il a déjà été intégré sous la forme de soie d’araignée artificielle à la parka Moon, produite en collaboration avec The North Face (2019), à une chemise Sacaï en édition limitée, et à un pull, en partenariat avec la marque Goldwin. On retrouve aussi la Brewed Protein dans les dernières collections couture du designer Yuima Nakazato, pour lesquelles le matériau subit parfois un traitement numérique (biosmocking) qui permet de créer d’audacieuses textures tridimensionnelles.  

 

biofabrication Spiber_TextileAddict©MOON PARKA by The North Face Japan (GOLDWIN Inc.) & Spiber // ©Brewed Protein™, Spiber

 

 

Modern Meadow – Matériaux biofabriqués ZoaTM 

Zi est le premier produit d’une collection de matériaux durables en cours de développement nommée ZoaTM et conçue par Modern Meadow. Ce matériau biofabriqué imite le cuir et résiste à la fois à l’abrasion et à l’eau. Il peut se décliner dans une large gamme de couleurs, d’épaisseurs et de textures, ne se déforme pas et ne marque pas les plis. Tout comme les futurs représentants de la gamme Zoa, Zi est issu d’un « bioalliage » de protéines (collagène) et de polymères biosourcés obtenus par fermentation. Positif pour le climat et pour la planète, Zi se veut une alternative aux cuirs classiques ou synthétiques qui permet de réduire les émissions de GES et les intrants d’origine fossile, sans nécessiter de matières premières d’origine animale. 

Modern Meadow a décroché en avril 2021 un financement de 130 millions de dollars, des fonds qui devraient lui permettre d’envisager à brève échéance une production à grande échelle. 

 

biofabrication Modern Meadow_TextileAddict©Modern Meadow // ©ZOA™- Modern Meadow

 

 

 

A lire :

Les biomatériaux

Les fibres textiles et leur classification

Mode et Textile : le Bio-sourcing

Les principales matières premières

 

Elsa Laurent

Elsa Laurent

Designer dans l’industrie textile en habillement et en ameublement, je suis co-fondatrice de Textileaddict.me depuis 2017. J'aime partager mes connaissances et bons plans du textile mode et maison. Mon objectif : permettre aux acteurs du secteur de se mettre facilement en relation pour développer leurs projets.
Partager :
Share on facebook
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on twitter
Share on email