Plissage : comment créer des plis sur un textile ?

plissage_textileaddict

collection AW 2021/22 ©Pleats Please Issey Miyake

 

Le plissage a toujours été utilisé dans l’art textile ou dans la mode. Mais les techniques et les styles ont beaucoup évolué, ouvrant de nouvelles possibilités créatives à chaque innovation ! Les plis font partie de la grande famille des manipulations textiles, et permettent d’ajouter des détails intéressants sur les tissus, ou de créer des formes complètement nouvelles. Découvrons les différents types de plis qui existent, comment ils ont été inventés, et comment les réaliser !

 

 

Le plissage comme inspiration

Les plis ont toujours orné les vêtements, comme en témoigne les tenues de la Grèce Antique. Leurs vêtements étaient formés d’un seul morceau de tissu rectangulaire formant de larges drapés.

Au Moyen Age et à la Renaissance, les plis cousus font leur apparition, principalement utilisés pour des créer des formes volumineuses.

Au courant des années 1920, les plissés commencent à suivre les lignes du corps. Ils sont tous cousus, bien maintenus en place sur le vêtement. Les drapés larges de l’Antiquité se rapprochent du corps, suivant ses courbes et le moulant un peu plus.

 

drapes_textileaddict

 

 

Des plissages reconnus

Certains types de plis ont eu tant de succès qu’un nom leur a été attribué.

Les premiers plis à s’imposer dans la mode française sont les plis Watteau. Ils proviennent du peintre français Antoine Watteau (1684-1921), qui a peint les femmes qui portaient des robes avec de larges plis creux au dos de leurs robes.

Les plis Watteau ont étés inventés par Mariano Fortuny (1871-1949), un créateur italien aux multiples talents. Ses techniques exactes de plissage sont toujours inconnues à ce jour, mais il maitrisait à la perfection les petits plis irréguliers de ses robes. Il les appliquait sur un modèle de robe en particulier, appelé Robe Delphos. Ces robes étaient vraiment élégantes, faites de soie teintées et plissées par l’artiste lui-même. Ses robes étaient également très confortables, et portées sans corset, permettant de bouger aisément.

 

plis Watteau plis fortuny_textileaddictplis watteau // robe “Delphos, Mariano Fortuny ©Palais Galliera

 

Mme Grès (1903-1993) elle aussi laissa son nom à des plis, voire même à son style. C’est une créatrice de mode du 20ème siècle qui sculptait les plis de son tissu favori, un jersey de soie mat, lourd et souple, sur le mannequin. Elle épinglait, minutieusement et un à un, les plis de ses robes.

 

plis gres_textileaddict©Magazino26

 

Dans les années 50, Balenciaga, Dior et ses pairs utilisaient principalement les plis pour créer des volumes subtils qui aidaient à fluidifier le mouvement. Un seul pli pouvait aussi permettre de créer le vêtement entier, transformer la silhouette, tout en restant très raffiné et simple visuellement.

 

plis dior cardin YSL_textileaddict©Balenciaga // ©Cardin // ©Dior

 

Issey Miyake créa sa ligne Pleats Please au début des années 90 en développant un textile unique. Il fit plisser une maille polyester fine et légère, qui permettait au corps de bouger librement. Il fut d’abord influencé par la matière, avant d’inventer les vêtements qui l’utiliserait. Cette approche différente est issue de sa culture japonaise. En Orient, le corps n’influence pas la forme des vêtements, car les patrons sont coupés à plat. C’est le textile qui influence la silhouette, plus que le corps. En Occident, nous avons l’habitude de couper le tissu pour qu’il suive les formes du corps. L’Orient met en avant l’espace entre le tissu et le corps, et coupe souvent des rectangles dans le tissu, plutôt que des arrondis. C’est d’ailleurs comme cela que sont nées les manches kimono ; un rectangle de tissu dont les deux largeurs sont cousues ensemble.

 

Les créateurs de mode ont utilisé les plissages pour créer leur vêtements, inspirés par les différentes techniques, styles et textures possible. Découvrons à présent comment créer des plissages textiles !

 

 

Comment plisser un textile ?

Il y a de nombreuses techniques pour plisser un textile, selon le rendu que vous souhaitez obtenir : créer du volume ou ajouter une texture, par exemple. Nous allons retenir aujourd’hui 4 façons principales de plisser les tissus : en les cousant, en les chauffant, par des produits chimiques, ou tout simplement à la main.

Selon le tissu qui sera utilisé, le rendu d’une même technique sera complètement différent ! C’est au styliste ou designer textile d’essayer différentes matières pour trouver le rendu qui lui convient. Habituellement, les plis fonctionnent mieux sur les tissus fins ou moyens.

 

1. Les plis faits à la machine à coudre

 

Les plis plats

Ces plis sont créés en pressant les plis au fer sur toute leur longueur, puis cousant la partie haute pour les maintenir. Ils sont réguliers, chaque pli est similaire, et ils sont souvent parallèles. Lorsqu’un vêtement comporte ce type de plis, et que le porteur est immobile, les plis sont fermés. Ils s’ouvrent pour permettre la marche et un mouvement fluide. On les couds uniquement au moment du montage du vêtement.

Plusieurs « motifs » existent : le pli accordéon, le pli creux, le pli couché, le pli soleil, …

 

plis plats_textileaddictpli accordéon // pli creux // Pli couché // Pli creux inversé // Pli soleil – photos ©International Pleating

 

 

Les plis cousus

Comme pour les plis plats, on presse puis on coud les plis pour les maintenir en place. La différence est que la couture se fait sur toute la longueur du pli, pas uniquement en haut. Là encore, différents types de plis cousus existent : plis nervures, plis à la religieuse, plis croisés, …

 

plis cousus_textileaddict©SewGuide

 

 

Les fronces

Elles peuvent s’effectuer de différentes façon, mais le principe est de coudre une ligne droite avec un point très large ou un point de bâti. En tirant sur ce fil, le tissu se contracte et crée des plis, au niveau de la couture. Plus l’on tire sur ce fil, plus les plis seront marqués.

 

plis fronces_textileaddict

 

 

Les ruchés

Les ruchés sont un type de fronces, réalisés sur des rubans, ou sur des bandes de tissu ou de dentelle. Ils sont plutôt utilisés en tant qu’éléments décoratifs sur des vêtements ou des objets de décoration intérieure. Un élastique peut remplacer le fil pour créer encore plus de fronces.

 

plis ruches_textileaddict

 

 

Le bouillonné

En cousant des lignes droites avec un fil élastique dans la canette de la machine à coudre, on peut obtenir des plis irréguliers appelés bouillonnés. Ils permettent de créer une texture intéressante, avec peu de volume.

 

plis bouillonne_textileaddict©rebelliousfashion // ©By Hand London

 

 

2. Les plissés formés à chaud

Grâce à une force mécanique qui maintient les plis, et de la chaleur, on peut créer des plis sur de grandes surfaces. Cette technique fonctionne sur toutes les compositions de tissus, mais le plissage n’est permanent que sur les matières synthétiques, le polyester supportant le mieux ce procédé.

 

Plissage industriel

Grâce à des procédés industriels, on peut plisser des rouleaux entiers de tissu. Les types de plis utilisés seront souvent des plis accordéons ou des plis plats, car ils sont réguliers. On peut également réaliser des plissés soleil à la machine, mais il s’agira toujours d’une surface de tissu défini, car il s’agit d’un motif placé.

Pour réaliser ces plis, on passe le tissu entre deux rouleaux de papier de soie. La machine plisse et chauffe l’ensemble. Les rouleaux de tissu plissés sont vendus ainsi, avec le papier de soie intercalé.

Issey Miyake, pour sa ligne « Pleats Please! », utilise ce procédé industriel. Il commence toutefois par faire couper puis coudre les vêtements 3 fois plus grands que la taille finale, puis il les passe au plissage, ce qui les fait « rétrécir » et atteindre leur taille finale.

 

 

 

Plissage au carton

Cette technique est complètement manuelle, et est encore utilisée aujourd’hui en Haute Couture et pour des petites productions, et réalisée par des artisans plisseurs. Le principe de fabrication est le même que le plissage industriel mais les plis peuvent être beaucoup plus complexes, et moins réguliers.

Pour les réaliser, on place le tissu entre deux morceaux de carton ou de papier kraft déjà pliés. On travaille à la pièce, et non plus en rouleau. On les place dans une étuve pour fixer les plis, grâce à la vapeur chaude. Quelques entreprises réalisent encore ce type de plis, notamment Lognon à Paris et Ciment Pleating à Londres.

Il est tout à fait possible de réaliser ces plis chez vous, en utilisant un cuiseur-vapeur, ou votre fer à repasser avec beaucoup de vapeur.

 

plissage carton_textileaddictateliers Gérard Lognon – photo JOEL SAGET / AFP

 

 

 

3. Plissés chimiques

Le plissage à la chaleur permet de fixer de façon permanente les tissus synthétiques, mais qu’en est-il des tissus naturels ?

Il existe quelques techniques pour plisser les tissus naturels au mètre, utilisant différents apprêts chimiques. Les résultats seront un peu moins réguliers que les plis précédent, voire totalement aléatoires, selon la façon dont le produit chimique a été appliqué.

On peut notamment obtenir un effet crêpe ou seersucker en appliquant de la soude caustique sur des soies ou des cotons. Mais ces techniques sont peu utilisées.

 

plissage chimique_textileaddict

 

 

4. Plissés manuels

Ces plis sont plus techniques et nécessitent une grande maitrise de la matière ainsi que beaucoup de temps, surtout si l’on souhaite réaliser des productions en série. Pour des pièces uniques, c’est un beau moyen d’exprimer sa créativité !

 

Les drapés

Beaucoup utilisés lors de la confection de vêtements par moulage, ils permettent une grande créativité et de nombreux effets différents.

Mme Grès fut maître des drapés minutieux, créant des plis réglés au millimètre sur mannequin, puis en les cousant un à un.

Il est bien sûr possible de créer des plis dans d’autres styles ; plus larges, plus volumineux, en expérimentant avec les textiles …

 

Les plis fortuny

Les plissés Fortuny n’ont toujours pas révélé tous leurs secrets, mais le maitre de la soie, de la teinture et des plis Mariano Fortuny plissait probablement ses tissus, les trempait dans l’eau puis les chauffait pour les rendre permanents.

 

 

Cette liste de plis n’est bien sûr pas exhaustive, et vous pouvez même inventer vos propres techniques. Les manipulations textiles permettent une créativité infinie, à vous, designer, d’inventer les prochaines façon de plisser le tissu !

 

+1
Partager :
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
Partager sur email
Floriane Schmitt

Floriane Schmitt

Floriane Schmitt est styliste et designer textile. Elle a créé de Flo Home Delight, un Studio de Création Textiles, où elle explore les manipulations textiles sous toutes ses formes. Retrouvez ses créations sur son site et instagram. Elle partage également son savoir-faire textile et ses conseils pour être plus créatif sur son blog (en anglais)