Quelques points de broderie

points de broderie Textileaddict

Broder un ouvrage demande de la patience, de bons yeux et bien sûr une bonne connaissance des points de broderie.

Il en existe des dizaines, très simples ou plus complexes, que l’on peut répartir en 2 grandes catégories : les points de remplissage et les points de contour.

Et si on faisait le point sur les grands basiques utilisés en broderie traditionnelle et en broderie à la machine ?

 

 

Broderie traditionnelle, les points essentiels

 

  • Le point de croix

 

Le plus célèbre des points de broderie est sans aucun doute le point de croix, qui permet à la fois de remplir ou de cerner un motif. Il peut également se travailler en quart de point, demi-point ou trois-quarts de point, en point de croix double…

Indissociable de la technique du point compté, on l’utilise généralement sur de la toile Aïda, de l’étamine de coton ou de la toile de lin pour réaliser des abécédaires et des ouvrages au point de marque (lettrage textile traditionnel).

 

point de croix textileaddict

 

 

  • Les points de contour

 

Ils permettent de dessiner un motif ou de le cerner pour le souligner. Certains d’entre eux peuvent être aussi utilisés pour remplir des zones de broderie (point de chaînette, point de croix…)

 

    • Point avant : c’est le point de base, en couture comme en broderie. Sa variante, le point avant surjeté, permet d’utiliser 2 couleurs de fil.

 

    • Point de tige : il sert bien évidemment à faire les tiges de fleurs, mais aussi à tracer finement les contours d’un motif. Son côté « torsadé » est très pratique pour suivre les courbes et volutes d’un dessin.

 

point de tige textileaddict

 

    • Point de chaînette : plus épais et plus texturé que le point de tige, il ressemble à une succession de mailles et permet de broder les contours d’un motif. Il peut être travaillé en rangs serrés pour remplir une surface. C’est sur ce point que repose la broderie de Lunéville, réalisée au crochet sur du tulle.

 

point chainette textileaddict

 

    • Point d’épine (ou point d’arête) : souvent travaillé en colonnes parallèles, le point d’épine permet de représenter simplement des branches et tiges de végétaux stylisées.

 

 

 

Besoin d'un freelance textile ?

Déposez gratuitement votre projet sur Textile Addict,
recevez des devis qualifiés et sélectionnez le prestataire idéal.

 

 

 

  • Les points de remplissage

 

Ce type de point est essentiellement utilisé pour recouvrir des surfaces et réaliser des aplats.

 

    • Point passé plat : succession de points lancés de même longueur et très rapprochés, sans laisser de toile apparente entre chaque point afin de recouvrir entièrement une surface donnée. Le point lancé s’utilise également de manière isolée, avec un espace régulier entre chaque point, ou en espaçant les points de manière aléatoire pour créer un motif au point de sable ou de semis.

 

point lance textileaddict

 

    • Point de plumetis : il découle du point passé plat et correspond à une superposition de points lancés rapprochés exécutés sur une zone circulaire définie. L’espace intérieur du cercle est recouvert d’une première couche de points lancés verticaux, puis d’une seconde couche de points lancés horizontaux pour obtenir des pois « rembourrés ».

 

    • Point de nœud (nœud français, nœud de Pékin) : il s’agit de créer un nœud en enroulant le fil plusieurs fois autour de l’aiguille juste avant de la piquer dans le tissu, pour réaliser un point isolé en relief (fleurs en boutons, yeux, flocons…)

 

    • Point de feuille : bien nommé, ce point permet de réaliser facilement la forme d’une feuille et de la remplir de nervures, en partant de sa pointe et en croisant les fils en son centre.

 

    • Point de feston : il se nomme « point de grébiche » lorsqu’il se compose de points espacés, et était autrefois utilisé pour éviter aux tissus de s’effilocher ou réaliser des boutonnières. Exécuté sans laisser d’espace entre chaque point, le point de feston sert à couvrir les surfaces d’un motif (feuilles, fleurs, coquilles…) On l’utilise notamment en broderie blanche, mais aussi pour faire du lettrage.

 

point de feston textileaddict

 

 

 

  • Les points de jours

 

Les points de jours permettent de créer une alternance de pleins et de vides grâce à des découpes rebrodées. Plusieurs techniques de broderie ajourée reposent sur l’utilisation de ces points : broderie anglaise, jours à fils de trame tirés (jours échelle, jours à faisceaux croisés ou noués…), broderie Hardanger (broderie nordique)…

 

 

 

Les points de broderie à la machine

 

On distingue cinq types de points de broderie généralement basés sur une combinaison de points droits :

• Les points manuels permettent de rectifier certains points générés à partir d’un objet de broderie, de composer manuellement des motifs de petite taille ou susceptibles d’être répétés sur une large zone.

• Les points droits sont utilisés pour broder des lignes fines ou tracer les contours d’un motif.

• Les points satin (ou points de damasse) sont le plus souvent un point zigzag dense. On les emploie pour broder de larges bordures, des colonnes ou des lignes.

• Les points de remplissage (dits tatami) permettent de recouvrir de larges zones et des polygones (pleins ou non).

• Les points programmables ou spéciaux permettent de remplir différentes zones de motifs de points de croix, points radiaux, petites étoiles, etc.

 

 

 

 

À lire :

Au fil des techniques, l’habit fait le brodeur…

A Calais, on fait (toujours) dans la dentelle !

Le crochet

 

Elsa Laurent

Elsa Laurent

Designer dans l’industrie textile en habillement et en ameublement, je suis co-fondatrice de Textileaddict.me depuis 2017. J'aime partager mes connaissances et bons plans du textile mode et maison. Mon objectif : permettre aux acteurs du secteur de se mettre facilement en relation pour développer leurs projets.
Partager :