non tisses_textileaddict

La production de matériaux non-tissés industriels est apparue à la fin du XIXe siècle. Depuis les années 1960, elle connaît un essor considérable dans le monde entier. Qu’ils soient jetables ou durables, ces textiles sont appréciés dans le secteur de l’hygiène, de la construction, de la filtration pour leur faible coût de production et leurs multiples fonctionnalités. Des sachets de thé à la décoration de table en passant par les lingettes, les voiles d’hivernage ou les masques barrières, on croise les non-tissés partout ! Définition, mode de fabrication, applications… Textile Addict fait le point sur les étoffes non-tissées.

 

Qu’est-ce qu’un textile non-tissé ?

Les étoffes non-tissées se présentent sous la forme d’un voile, d’une nappe ou d’un matelas. Ces textiles se caractérisent par l’agencement de leurs fibres (naturelles ou chimiques) disposées le plus souvent de manière aléatoire, orientées ou non. Ces fibres enchevêtrées subissent ensuite un traitement (mécanique, physique ou chimique) pour les lier les unes aux autres par friction, cohésion ou adhésion afin de consolider la nappe. Le papier, les étoffes tricotées, tissées, tuftées ou feutrées ne peuvent pas être considérés comme des non-tissés.

 

 

Principe de fabrication

Les fibres employées pour la confection de textiles non-tissées peuvent être d’origine naturelle (fibre de verre, céramique, soie, laine, coton, lin…) ou chimique (polymères naturels comme la cellulose, ou synthétiques comme le polyamide ou le polyester).

(en savoir plus sur les fibres naturelles et chimiques)

Le principe de fabrication d’un non-tissé varie en fonction des propriétés attendues du produit final. Elle se déroule en 2 étapes : la formation de la nappe, suivie de sa consolidation.

 

1. Formation de la nappe

  • Voie sèche (cardage) : les fibres sont séparées et agencées par cardage, puis dispersées et aspirées dans un flux d’air pour les enchevêtrer.
  • Voie fondue (filière ou spunlaid): Les fibres polymères sont fondues puis extrudées et filées afin de créer une nappe fibreuse ou filamenteuse. Ce procédé ne nécessite pas d’étape de consolidation.
  • Voie humide (papetière ou Wetlaid) : Ce procédé est réservé aux fibres courtes de cellulose artificielle (fibranne, viscose…) Comme dans l’industrie papetière, la pâte est immergée dans de l’eau puis égouttée pour former un matelas de fibres.
  • Flash spinning : Les fibres synthétiques sont dissoutes grâce à un solvant, avant d’être pulvérisées sous vide. Lors de cette opération, le solvant s’évapore et les fibres sont récupérées pour constituer le voile.

 

2. Consolidation

Après avoir été formée, la nappe doit être consolidée pour solidariser les fibres entre elles.

Cette consolidation peut être :

  • Chimique : Les fibres sont “collées” les unes aux autres grâce à l’adjonction d’un liant chimique, par pulvérisation de latex, enduction ou imprégnation dans un bain de latex.
  • Thermique : Sur le principe de la thermofixation, les fibres sont “ramollies” dans un four à air chaud, une calandre, ou grâce à un système d’ondes.
  • Mécanique : Cette technique nommée aiguilletage est réservée aux non-tissés constitués de fibres assez longues (à partir de 40 mm). La consolidation de la nappe s’effectue par un mouvement de va-et-vient d’aiguilles crantées, insérées verticalement pour entremêler les fibres.

Les non-tissés peuvent aussi être consolidés par couture ou tricotage : le matelas de fibres est généralement enserré entre deux étoffes, de manière à constituer un ouatinage.

 

nappe non tisse ceti_textileaddict©CETI – Traitement de finition apportant différentes fonctionnalités (antistatique, hydrophile ou hydrophobe). Application par l’intermédiaire d’un rouleau applicateur d’un produit de finition en solution sur le voile consolidé par « léchage »

 

 

Non-tissés : un large éventail d’applications

Les textiles non-tissés sont des tissus légers qui partagent plusieurs caractéristiques, comme le fait d’être infroissables et résistants aux PH acides ou alcalins.

Suivant le type de fibres et la technologie mise en œuvre pour leur fabrication, les textiles non-tissés industriels peuvent présenter différentes propriétés spécifiques (douceur, élasticité, capacité d’absorption ou au contraire de répulsion des liquides, imputrescibilité, résistance mécanique, résilience, filtrage, propriétés antibactériennes…)

Les non-tissés se divisent en deux grandes familles : les non-tissés jetables et les non-tissés durables.

 

non-tissés jetables : lavettes // masques chirurgicaux

 

Les non-tissés jetables

Les non-tissés jetables ou à usage unique sont essentiellement utilisés dans les secteurs de l’hygiène (secteur ménager et médical) et de la filtration.

Dans le domaine de l’hygiène et de l’entretien ménager, on les retrouve sous la forme de lingettes parfois imbibées de produits cosmétiques ou d’entretien, de tampons abrasifs, ou encore travaillés façon “peaux de chamois”…

Dans le secteur médical, les non-tissés sont employés pour confectionner des produits destinés à être utilisés en milieu hospitalier et en bloc opératoire : champs opératoires, vêtements et masques chirurgicaux, pansements, gants de toilette jetables, alèses et protections, etc.

Dans le milieu des transports et de l’hôtellerie, les textiles non-tissés sont aussi utilisés pour assurer l’hygiène et la protection de mobilier soumis à une fréquentation régulière du public : housses d’appuie-tête, nappes…

Dans le secteur de la filtration, les non-tissés sont employés comme consommables dans les milieux industriels nécessitant un haut niveau de filtration de l’air et des liquides (industrie médicale, pharmaceutique, microélectronique…)

 

 

geotextile ouate non tisse_textileaddictnon-tissés durables : géotextile // tissu matelassé ouaté

 

Les non-tissés durables

Les non-tissés durables trouvent leur place dans plusieurs secteurs, notamment les travaux publics, l’agriculture, l’ameublement et l’habillement.

Dans le secteur de la construction, le géotextile (Bidim) est un matériau désormais incontournable pour augmenter la stabilité des sols en évitant les remontées boueuses et argileuses. Les non-tissés permettent aussi de faciliter l’accès aux chantiers, de créer des plages artificielles ou des murs végétalisés…

On les retrouve également dans l’ameublement (tapisserie) et la décoration, par exemple comme dossiers de tapis tuftés. Dans le secteur de l’habillement, on les privilégie souvent en tant que pièces de renfort ou entoilages, mais aussi pour garnir et rembourrer certains vêtements.

 

 

Aujourd’hui, la recherche dans le domaine de l’industrie des textiles non-tissés est boostée par le potentiel de ces matériaux, mais aussi soumise aux enjeux environnementaux. Elle s’oriente donc vers des produits techniques à forte valeur ajoutée, plus performants, plus durables et produits en moindres volumes.

 

 

A lire :

Les fibres textiles et leur classification

Les textiles

 

0
Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

Pour tout renseignement contactez nous !

En cours d’envoi

©2020 TextileAddict

id et, Nullam porta. ut mattis risus leo nec ut

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account