Lin Made in France : Vers une relocalisation de la production

lin madeinfrance filature_TextileAddict

 

Et si cette année 2021 mettait fin à un étonnant paradoxe ? En effet, si le lin est quasiment une exclusivité française (près de 80% de la production mondiale provient de Normandie et des Hauts-de-France), la France n’a plus depuis de nombreuses années de filière hexagonale afin de transformer cette fibre. Un état de fait qui pourrait bien changer rapidement. Explications… 

 

La fin d’un paradoxe ?

Le paradoxe n’avait que trop duré. La France devait absolument se doter à nouveau d’outils industriels, partis pour l’essentiel en Chine, afin de transformer cette fibre abondamment produite dans notre pays. C’est le cas avec 3 entreprises qui vont investir massivement sur le territoire national après des années de délocalisation : Safilin, Velcorex et NatUp

Il faut dire que la demande est devenue extrêmement forte de la part des entreprises textiles qui souhaitent produire de plus en plus français à la demande du consommateur qui a retrouvé l’appétence pour les produits naturels et locaux, facilement traçables et écologiquement plus responsables.

A lire : Slow fashion : une autre façon de consommer la mode !

Et sur ce point, avec le lin, il n’y pas photo puisque sa culture demande très peu d’engrais et d’irrigation et elle a aussi besoin de 5 fois moins de pesticides que le coton. Dernier avantage non négligeable : comme on utilise toute la plante, après ramassage, la terre est propre et sans déchets laissés au sol !

 

 

Besoin des conseils d'un spécialiste textile ?

Déposez gratuitement votre projet sur Textile Addict,
recevez des devis qualifiés et sélectionnez le prestataire idéal.

 

 

Des initiatives fortes et encourageantes

Qui sont les pionniers de cette reconquête d’une véritable filière du lin français ? Voici de bonnes nouvelles en matière de relocalisation :

 

Le producteur de lin Safilin va créer une filature dès l’été 2022 dans les Hauts-de-France, sa région historique. Une relocalisation bienvenue puisque ce leader français du lin (30 millions d’euros de CA) était installé depuis 1995 en Pologne. C’est un investissement de 5 millions d’euros (soutenu par la BPI et la région Hauts-de-France). Si on ne connaît pas encore la localité qui accueillera cette usine de fils de lin 100 % français de 6 000 mètres carrés, elle devrait à terme permettre l’embauche d’une cinquantaine d’employés. 

 

peignage lin_TextileAddictle peignage du lin ©Safilin

 

C’est une nouvelle qui fait suite à une autre initiative que l’on doit au groupe Velcorex qui a installer une petite filature de lin au sein de l’une des entreprises du groupe, celle d’Emanuel Lang, fabricant de tissus haut de gamme. Depuis 160 ans, Emanuel Lang est une société qui détient un savoir-faire reconnu dans le monde du textile en tant que coloriste de fils et tisseur de tissé-teint. 

 

Pour sa part, la coopérative NatUp, autre acteur important du secteur installée près de Rouen (Seine-Maritime), va investir 4 millions d’euros dans une filature de lin à Saint-Martin-du-Tilleul dans l’Eure.Une première pour la Normandie depuis la délocalisation de l’industrie textile en Asie. Là aussi, la filature devrait être opérationnelle en 2022, pour produire 250 tonnes de fil de lin et employer 25 salariés !

 

Et cette même branche Fibres de NatUp confirme aussi ses ambitions d’une filière 100% française en entrant au capital de la société Lemaitre-Demeestere, le dernier tisseur de lin français basé dans les Hauts-de-France. Cette PME qui fabrique près de 400 000 mètres de tissu de lin par an va permettre à la coopérative de producteurs de lin NatUp de renforcer sa présence dans le secteur !

 

Enfin, on retiendra que les marques se mobilisent aussi pour soutenir la réapparition de filatures de lin en France au sein du collectif Linpossible. C’est une initiative que l’on doit entre autres aux marques françaises SpliceLe Slip Français et 1083. On y retrouve également les incontournables du secteur : Safilin et Velcorex, sans oublier l’association LCBIO (Lin et Chanvre Bio), Tissage de France et la coopérative Terre de Lin. La mobilisation des marques est évidemment essentielle puisque pour réussir à ramener ces outils de production en France, il est nécessaire que des marques françaises soient en mesure de s’engager sur des commandes.

 

Filature et filage : la préparation des fils

 

Une nouvelle plateforme de sourcing

On le voit, peu à peu, le lin tisse sa toile dans les régions productrices de lin et pour aider à plus de visibilité encore, la Confédération Européenne du Lin et du Chanvre (CELC) a décidé de renforcer sa stratégie digitale en lançant un nouvel outil en ligne Linen Dream Lab afin de faciliter les relations entre les filateurs, les tisseurs, les tricoteurs et les marques et les designers de mode. 

Vous y retrouverez également régulièrement les tendances et les innovations du moment grâce au Linen Innovation Book, un cahier de tendances et de sourcing édité 2 fois par an.

 

 

Le lin, écologique et responsable, redevient tendance. C’est une nouvelle victoire des consommateurs qui ont bien compris qu’il était temps de consommer français afin d’aider à la relocalisation d’un bon nombre de productions !

 

 

 

 A lire :

Le lin textile en 6 questions

Les fibres textiles et leur classification

FILATURE FRANÇAISE : Du nouveau pour le lin et le coton

Les fibres naturelles

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
Partager sur email
Elsa Laurent

Elsa Laurent

Designer dans l’industrie textile en habillement et en ameublement, je suis co-fondatrice de Textileaddict.me depuis 2017. J'aime partager mes connaissances et bons plans du textile mode et maison. Mon objectif : permettre aux acteurs du secteur de se mettre facilement en relation pour développer leurs projets.