FILATURE-FRANCAISE-du-nouveau-pour-le-lin-et-le-coton_TextileAddict

La France est le pays leader mondial du lin – une matière noble et ultra-écologique – eh bien, dès 2020, l’hexagone possèdera sa propre filature française de lin. Autre bonne nouvelle, la filière coton – qui n’est, elle, pas la meilleure élève en matière écologique – a inauguré récemment son premier recycleur-filateur ! Revenons donc sur ces deux (bonnes) nouvelles pour la filière textile et pour notre environnement…

 

La France se dote enfin d’une filature de lin 

En effet, si la France est le premier producteur mondial de lin – 110 000 tonnes de fibres cultivées entre la Normandie et les Flandres – 80 % de cette production part en Chine pour être filée avant de revenir en Europe… autant dire une emprunte carbone très élevée et désormais incompréhensible !

Eh oui, depuis de nombreuses années, notre pays n’a plus de filature de lin, cette fibre pourtant très écologique et qui, peu à peu, retrouve ces lettres de noblesse dans la mode et la décoration après avoir connue quelques décennies de disette !

Du coup, bonne nouvelle, le groupe Velcorex va installer une filature au sein de l’une de ses entreprises, celle d’Emmanuel Lang à Hirsingue dans le Haut-Rhin. Depuis 160 ans, Emmanuel Lang est une société qui détient un savoir-faire reconnu dans le monde du textile en tant que coloriste de fils et tisseur de tissé-teint.

FILATURE FRANÇAISE lin_TextileAddictLokeren (Belgique), le 26 fevrier 2013 : filature du lin a la filature Stanislas Cock (Photo Sebastien Rande / CELC)

 

Apprenons-en un peu plus sur la filature du lin

C’est une filature qui devrait pouvoir tisser environ 150 tonnes de lin par an, soit une capacité de production entre 500 000 et 700 000 mètres de tissus en lin. Évidemment, le groupe Velcorex espère surfer sur la mode circulaire afin que les marques puissent à terme produire des vêtements en lin 100 % made in France !

Cette réindustrialisation est évidemment un symbole pour la filière lin. Espérons donc que les filatures françaises se multiplieront et qu’à l’échelle mondiale cette fibre retrouve un peu de ses couleurs… en effet, elle représente aujourd’hui moins 1 % des fibres textile consommées dans le monde !

 

 

Le premier recycleur-filateur européen de coton est français

Autre bonne nouvelle, mais pour une fibre beaucoup moins écologique, le coton !

Un exemple ? Pour produire un tee-shirt de 120g, il faut 2 700 litres d’eau. Autant dire qu’il est désormais nécessaire de trouver des alternatives afin de protéger la planète…

C’est pourquoi il est important de saluer le premier démonstrateur de recyclage mécanique, un recycleur que l’on doit au Centre Européen des Textiles Innovants, le Ceti. Installé à Tourcoing, dans le Nord, ce pilote – une première en Europe – aura couté près de 2 millions d’euros en investissement. Il faut dire que le travail de recherche et de développement a été particulièrement difficile car le coton est une fibre courte, la plus compliquée à recycler !

 

FILATURE coton recycleur filateur_TextileAddictrecycleur-filateur ©Ceti

 

Alors, comment marche le recyclage du coton ?

Les vêtements sont d’abord triés par matière puis les points durs comme les fermetures à glissières éclairs sont retirés au moyen d’une coupeuse. Ils sont alors prêts à retourner à l’état de fibre grâce à une ouvreuse-mélangeuse qui brasse la matière afin d’obtenir un mélange homogène. Ensuite, dans le module d’effilochage, la machine tire sur les fibres de l’étoffe…

Enfin, une dernière machine va filer le nouveau fil de coton à 70 % issus du recyclage. Un processus très délicat car une fibre recyclée est encore plus courte d’une fibre vierge : 14mm contre 24 à l’origine. Pour autant, le fil produit sera de la même qualité qu’une fibre vierge… alors, pourquoi sans priver !

 

Objectif de cette nouvelle machine ?

Aider la France à produire des fils de coton en se basant sur ses propres matières premières. Pour l’heure, sur les 600 000 tonnes de vêtements vendus chaque année dans notre pays, la moitié est ensuite collectée pour le marché de l’occasion et seulement 12 % sont transformées.

Pour autant, ils se pourrait bien que cela change rapidement et que ce recycleur fasse école puisque dès 2021, il faut savoir que les invendus textiles ne pourront plus être détruits en France !

 

 

On le voit avec ces deux bonnes nouvelles pour la planète, la France – et plus particulièrement la filière textile – tentent, pas à pas, de devenir de bons élèves en matière environnementale… de quoi tisser des liens forts avec la nature !

 

 

A lire :

Le lin textile en 6 questions

 

0
Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

Pour tout renseignement contactez nous !

En cours d’envoi

©2019 TextileAddict

consectetur elit. nec risus libero. lectus in et,

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account