Bientôt, il sera tout aussi difficile de discuter du sexe de la mode que de débattre du sexe des anges ! En effet, depuis 4 ou 5 ans, les pièces non genrées ou plus communément appelées « unisexe » envahissent les magasins de vêtements. Alors, pourquoi cet engouement des marques pour ce créneau ? Et, vous le verrez, une mode unisexe ne veut pas forcément dire asexuée, bien au contraire…

 

De quoi parle-t-on ?

Plus de frontière donc entre le féminin et le masculin, désormais monsieur et madame peuvent presque faire leur shopping dans les mêmes rayons ! Une idée qui, disons-le, interpelle pour le moment plutôt la génération Z, autrement dit, les garçons et les filles nés après 1995. Une génération qui prône ainsi le gender fluid (la non-binarité)

 

Qu’il s’agisse de la mode, de la joaillerie ou de la parfumerie, tous ces secteurs tentent donc désormais d’abolir les frontières entre le masculin et le féminin afin de conquérir quelques parts de marché. Sachez d’ailleurs que dans ce secteur du textile, l’unisexe est aussi communément appelé le co-ed. Une expression qui provient du terme anglais coeducational, désignant les écoles mixtes en Angleterre

 

 

mode unisexe Ted Lapidus _textileaddict©Ted Lapidus // ©Hedi Slimane pour Céline

 

 

Ce n’est plus une histoire de sexe !

C’est donc une tendance relativement récente, mais, ne nous y trompons pas, les designers de mode – étant par essence transgressifs – ont de tout temps flirté avec la tentation de l’unisexe. On peut citer le plus emblématique d’entre eux, Ted Lapidus. C’est par exemple lui qui a instauré le style uniforme et un esprit unisexe dans ses défilés.

 

Plus ancien encore, même la grande Coco Chanel a introduit dans ses collections des pièces unisexe et d’ailleurs son célèbre blazer à boutons dorés n’était-il pas à l’origine un vêtement militaire ?

 

Et on ne peut pas survoler l’histoire de la mode unisexe sans mentionner le talentueux Hedi Slimane qui – aussi bien chez Christian Dior, Yves Saint Laurent ou désormais chez Célinea révolutionné les lignes masculines en y apportant une touche rock… et androgyne !

 

La mode surfe sur l’unisexe

Une marche en avant qui se poursuit dans les années 2020, découvrons donc ce qui se fait actuellement dans l’univers de la mode unisexe :

 

Et commençons par une marque française, Sébline. Des chemises que l’on doit au designer Charles Sébline qui a fait ses classes chez Yves Saint Laurent. Pas banal, ses chemises sont coupées pour aller aussi bien aux hommes qu’aux femmes ! La signature de la griffe ? La chemise en popeline à rayures…  

 

 mode unisexe_textileaddict©Sébline // ©MCM

 

Pour parfaire notre look androgyne, passons aux jeans de la marque MCM. Fondée en 1976, la marque allemande a lancé il y a peu sa première gamme complète de denim unisexe. On notera aussi que ce sont des jeans produits avec du coton recyclé selon les normes Greenpeace… une marque qui coche toutes les cases actuelles !

 

 

Une chemise, un jean, ajoutons-y des chaussures, en l’occurrence des baskets. C’est dans ce secteur de la mode que l’unisexe prend vraiment de plus en plus d’importance. Exemple avec Fendi et Converse :

 

Fendi, la marque installée dans la capitale italienne, lance pour sa part une basket unisexe. Cette chaussure a été baptisée Fendi FFLUID, rappelant la tendance gender fluid. Une basket aux semelles XXL qui a été spécifiquement créée pour les générations Y et Z…
Même volonté chez Converse de s’adresser aussi à un public non genré avec Converse Shapes. C’est une collection de 5 pièces volontairement unisexe qui vade la basket au teeshirt en passant par le hoodie genderless

 

mode unisexe basket_textileaddict©Fendi // ©Converse

 

Et puisque nous sommes dans le total look, deux autres marques qui font un pas vers les non-binaires, Nike et COS :

 

Début 2020, Nike a mis en vente sa collection Nike Revival. Une collection qui a un double objectif : poursuivre sur sa lancée du non genré – relativement simple en matière de sport – et aussi vers le zéro carbone et le zéro déchet. Toute cette collection contient en effet également un mélange d’au moins 75% de fibres recyclées et organiques !

 

Outre-manche, si Vivienne Westwood a depuis toujours joué la carte de l’androgynie, les jeunes marques lui emboitent le pas. La plus en pointe sur ce segment, la griffe anglaise COS (Collection Of Style). Une marque qui est tout simplement la petite sœur très haut de gamme du géant H&M … et qui permet à la génération Z londonienne de trouver de quoi s’habiller !

 

mode unisexe sport_textileaddict©Nike // ©COS

 

 

Sans aucun doute, la mode unisexe semble combler les marques comme les consommateursUn seul regret : à l’avenir, il sera inutile de « piquer » dans le vestiaire de sa moitié puisque le vestiaire sera, lui aussi, bientôt totalement non genré !

 

1+
Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

Pour tout renseignement contactez nous !

En cours d’envoi

©2020 TextileAddict

Donec Donec sed fringilla amet, luctus Nullam eleifend dolor. Aliquam

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account