La ramie, fibre textile d’ortie

ortie fibre_TextileAddict

 

Plus soyeuse que le lin, brillante comme de la soie, la fibre d’ortiela ramie plus précisément, provient de la tige d’une plante vivace tropicale. Sur le plan botanique, la ramie (Urtica Boehmeria Nivea) appartient à la famille des urticacées (orties). Cette plante originaire d’Extrême-Orient est aussi appelée « Ortie de Chine » ou « lin oriental ». 

 

L’ortie de Chine, 7 millénaires d’histoire textile

La fibre de ramie est une fibre très ancienne, utilisée depuis près de 7 000 ans ans pour confectionner des textiles, du papier ou encore les bandelettes qui enveloppent les momies égyptiennes. 

En Chine, on la cultive depuis l’Antiquité pour la fabrication de vêtements. Au Japon, elle est utilisée pour la confection d’un textile traditionnel fin, léger et brillant, le Miyako-Jōfu. 

L’Europe découvre l’Ortie de Chine au Moyen-âge. Au XIXe siècle, des filatures de ramie apparaissent en Angleterre, en Allemagne et en France. Elle entre dans la composition du papier des billets émis par la Banque de France. Dans les années 1930, la production de ramie se développe au Brésil.

Aujourd’hui, la ramie fait son retour dans les tendances textiles, bénéficiant du regain d’intérêt pour les fibres naturelles végétales. 

Chaque année, environ 280 000 tonnes de fibres de ramie sont produites dans le monde (source FAO en 2006). Cette production est localisée sur plusieurs continents, essentiellement dans les zones tropicales ou proches des tropiques : Chine, Brésil, Mexique, Inde, Philippines, Corée du Sud, Thaïlande, ainsi qu’en Afrique du Nord, à Java, Sumatra…  

 

Des propriétés étonnantes pour une ortie

L’Ortie de Chine se compose de 99 % de cellulose. Malgré son nom, elle est tout sauf urticante !

– Ses fibres lisses et brillantes ont un aspect visuel comparable à la soie. 

– Au toucher, la ramie se caractérise par sa douceur. 

– Mélangée avec d’autres types de fibres, elle peut apporter une texture « craquante » au textile.

La ramie a d’autres avantages : elle est facile à teindre, très solide, imputrescible et présente de bonnes capacités d’absorption.

 

 

ramie fibre_TextileAddictOrtie de Chine en lanières

 

 

Culture de la ramie

L’Ortie de Chine aime les climats plutôt chauds et humides (tempérés voire tropicaux) et prospère dans les plaines humides ou en en altitude. Sa hauteur varie entre 2 et 5 m. Cette vivace se plaît dans une terre fraîche, riche et légère, conditions qui permettent d’obtenir 2 à 5 récoltes par an.

 

Comment récolte-t-on l’ortie ?

En Asie, la récolte est majoritairement artisanale : le décorticage (prélèvement de lanières d’écorce sur la tige) s’effectue à la main. Ailleurs, ce travail est réalisé par des décortiqueuses mécaniques.

Les bandelettes font ensuite un passage en autoclave, dans une solution alcaline. Cette opération de dégommage permet de préserver l’éclat, la structure et la robustesse de la fibre.

Après cardage et peignage, les fibres peuvent être filées seules ou mélangées avec d’autres fibres.

 

Applications

La fibre de ramie est utilisée dans le domaine de l’habillement et de l’ameublement, mais aussi dans des secteurs plus « techniques » : cordages, filtration 

Imputrescible, absorbante, la ramie trouve également de nouveaux débouchés dans le secteur alimentaire (égouttage et affinage de produits).

Elle peut aussi renforcer certains matériaux ou s’intégrer à des matériaux composites.

 

Innovation textile : les vêtements en fibre d’ortie

 

 

A lire :

Les fibres naturelles

Les principales matières premières

 

Elsa Laurent

Elsa Laurent

Designer dans l’industrie textile en habillement et en ameublement, je suis co-fondatrice de Textileaddict.me depuis 2017. J'aime partager mes connaissances et bons plans du textile mode et maison. Mon objectif : permettre aux acteurs du secteur de se mettre facilement en relation pour développer leurs projets.
Partager :
Share on facebook
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on twitter
Share on email

Articles connexes