Comment nourrir sa creativite textileaddict

Si la créativité est indispensable dans nos métiers artistiques elle n’est pourtant pas innée ! La créativité est notre capacité, notre pouvoir à créer, imaginer et réaliser de nouvelles choses sans limite. Elle demande à la fois de la pratique et du lâcher-prise. Mais alors comment faire pour la nourrir ?

Lucille Duchêne, illustratrice et créatrice de motifs, nous livre avec simplicité sa façon d’aborder la création et nous dévoile ses débuts laborieux, ses attentes et déceptions, sans oublier ses succès. A travers son témoignage, elle nous donne quelques clés pour ne jamais être à court d’idées !

 

Une créativité débordante

Bercée dans l’Art par une maman artiste peintre, j’ai eu la chance de connaître dès ma petite enfance, les joies des toiles et des pinceaux mais surtout de la couleur ! Petit, tout est très instinctif, on nous donne les outils et naturellement on s’empare tout entier de notre support de création (feuille, mur, toile ou autres). On ne réfléchit pas, presque primitif, on s’exprime entièrement et surtout passionnément.

Lorsque l’on grandit, les choses se compliquent. Effectivement, il est difficile par la suite, avec les études, les choix de vie, les avis des uns et des autres de réussir à garder cette authenticité, NOTRE authenticité d’enfant.

 

Passion créative ou raison ?

Comme beaucoup d’autres, j’ai suivi une voie bien différente de mes espoirs créatifs après mon BAC ES. Hélas, bien que investie et bosseuse, le désenchantement fut réel et au fur à mesure ma rage de m’exprimer par l’art prit le dessus. Je décide donc d’intégrer à cette époque une Mise à niveau Arts Appliqués en parallèle de mon BTS hôtellerie-restauration, que je poursuis en cours par correspondance (histoire d’avoir un package « sécurité »).

Déterminée, ma joie d’être enfin dans une branche créative me permettait de tout surmonter. Cependant, n’ayant plus pratiqué le dessin depuis mon enfance, il fallait bien l’admettre mes bons résultats n’étaient liés qu’à mon travail acharné.

Je n’avais aucune créativité. Incapable de dessiner en dehors de mes cours, incapable de dessiner sans modèle, incapable d’avoir tout simplement une idée de sujet rien qu’à moi qui n’aurait pas été définie, imposée par un professeur. Le plus dur, c’est que j’étais incapable de me faire plaisir, les évaluations avaient pris une trop grande importance, je performais. Ceci étant, créativité ou pas, cela ne m’empêche pas d’intégrer une école d’illustration.

 

Comment nourrir sa creativite creation motif textileaddict©Lucille Duchêne

 

Le déclic créatif

Je ne saurais pas dire précisément à quel moment ça s’est produit, mais ce n’est que lorsque j’entame ma dernière année d’étude que ça a changé. Tranquillement, insidieusement même, ce qu’on appelait « la créativité », s’était emparée de moi.

Les stages que j’avais effectué auprès de professionnels, avaient sûrement été déterminants. En effet, pouvoir voir leur quotidien, comment ils étaient animés, était particulièrement inspirant pour moi. Certains étaient très connus, d’autres pas du tout, mais ils avaient tous un point commun, ils étaient créatifs. Ils avaient cette aisance, cette capacité à être inspiré par tout et tout le temps.

 

Et si la créativité venait en travaillant…

Pour ma part, j’ai toujours fourni une grande quantité de travail et il faut l’admettre c’est ce qui me permet aujourd’hui de vivre de ce que j’aime faire. En effet, je dessine je dessine, je dessine sans arrêt, j’en ai même des tendinites !

Je n’ai pas de carnet tout le temps sur moi, jolis et bien tenus mais à chaque moment d’attente (transport, queue, rendez-vous, café etc), j’essaye toujours de trouver un bout de papier dans mon sac ou demander à quelqu’un n’importe quel support pour griffonner. Tout ça ne m’empêche pas d’ailleurs de discuter avec les gens autour de moi, car quand je dessine de cette façon, c’est un peu comme faire un coloriage. A la façon Art-thérapie, je me sens détendue, je ne pense pas à ce que je fais, je ne pense pas à la performance ou si cela va plaire si je le poste sur un réseau social.

 

Comment nourrir sa creativite dessin textileaddict©Lucille Duchêne

 

Ma solution pour ne jamais être à court d’idées !

Ce lâcher-prise est la source première d’une créativité réelle et profonde. C’est évidemment plus facile à dire qu’à faire, et soyons honnête je n’y arrive pas à chaque fois. Malgré tout, c’est d’essayer qui fait l’émergence de la créativité. Aujourd’hui ce sont tous ces morceaux de papier, ces feuilles volantes réunies dans une pochette qui font le portrait de mon moi créatif. Dès que la panne d’inspiration m’habite, il me suffit de piocher dans ce fourre-tout, pour que les idées reviennent.

Ce que je souhaite vous faire comprendre, c’est qu’il ne faut pas avoir envie de faire bien ou beau, le tout est d’avoir envie de faire. C’est à ce moment-là que sans vous en rendre compte, même lorsque vous pensez tourner en rond et faire tout le temps la même chose, que quelque chose naît ou évolue.

Fière de mes créations passées, je suis encore plus fière de mes créations présentes. Cette satisfaction me confirme que le travail, au-delà du talent sera toujours ma première source de créativité.

 

Chacun son leitmotiv, le mien est celui-ci : “Pour réussir il faut : un tiers de talent, un tiers de travail et un tiers de chance“». Alors provoque ta chance, travail ta créativité et de là naîtra ton talent !

 

Article rédigé par Lucille Duchêne, Illustratrice et Pattern Designer Nantaise. Elle travaille à la fois pour la mode, le design d’intérieur et la papeterie depuis 2016. Curieuse et touche à tout, Lucille est un vrai couteau suisse.

 

7+
Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

Pour tout renseignement contactez nous !

En cours d’envoi

©2019 TextileAddict

ut adipiscing elementum luctus porta. ipsum elit. quis

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account